La bibliothèque de L'Encinématheque

Emmanuelle RIVA (1927 / 2017)

Emmanuelle Riva

Actrice française, née Paulette Germaine Riva, le 24 février 1927, à Cheniménil (Vosges, France). Décédée le 27 janvier 2017, à Paris (France).

Ce qui caractérise les carrières de comédienne et d'actrice d'Emmanuelle Riva se résume en un mot : le choix. Fille d'un enseigniste et d'une couturière vosgiens, d'origines française et italienne, elle a traversé la soixantaine d'année de sa vie artistique sans faire de concession, comme le fit à la même époque Anouk Aimée et le fait encore de nos jours Anne Alvaro.

Contre l'avis familial, elle passe le coucours d'admission au Conservatoire de la Rue Blanche. Admise, elle s'installe à Paris (1953) et se lance dans le théâtre (1954). Jusqu'en 2001, elle joue alors des pièces comme «Espoir» (1955) de Bernstein, «La profession de Madame Warren» (1956) et «Sainte-Jeanne» (1973) de George Bernard Shaw, «Les enfants du soleil» (1963) de Gorki, «Zoo» (1964) de Vercors, «Le retour» (1966) de Pinter, «La journée d'une rêveuse» de Copi (1968), «Vêtir ceux qui sont nus» (1971) et «La vie que je t'ai donnée» (1983) de Pirandello, «Macbeth» (1972) de Shakespeare, «C'est beau» (1975) de Nathalie Sarraute, «Un mois à la campagne» (1976) de Tourgueniev, «Les fausses confidences» (1979) de Marivaux, «George Dandin» (1987-1988) de Molière, «La bonne mère» (1989) de Goldoni, «Médée» (2000-2001) d'Euripide, etc.

Elle se fait également connaître au Septième Art, où elle débute en 1958, secrétaire du chef de l'une de ces «Grandes familles» qui se rengorgent de constuire la France à eux tout seuls. L'année suivante, «Hiroshima mon amour», d'Alain Resnais, en fait une vedette de l'écran. À partir de là, sa filmographie démontre une certaine indépendance par rapport au cinéma dit commercial et témoigne d'une volonté de ne pas céder à la facilité.

Elle est alors l'interprète de, entre autres, «Le huitième jour» (1959), «Recours en grâce» (1960), «Léon Morin, prêtre» (1961), «Thérèse Desqueyroux» (1962), «Le coup de grâce» (1964), «Thomas l'imposteur» (1964), «Fruits amers - Soledad» (1966), «Les risques du métier» (1967) – avec Jacques Brel qui restera un grand ami –, «La modification» (1969), «L'homme de désir» (1970),… Elle est également appréciée par les réalisateurs italiens comme le prouvent «Adua e le compagne» (Alberto Lattuada, 1960), «Kapò» (Gilles Pontecorvo, 1960), «Le ore dell'amore» (Luciano Salce,1963) et «Io uccido, tu uccidi» (Gianni Puccini, 1965). Elle est en outre la partenaire de Toshirô Mifune dans le film japonais «Eiko e no 5,000 kiro» (1969).

Il semble que, dans la première moitié des années70, ses choix se fassent encore plus radicaux. On peut alors la voir, aux côtés d'Isabelle Adjani et d'Eugène Ionesco, dans «Ariane», film d'art et d'essai présenté à l'espace Cardin en décembre 1974, dans la fable libertaire tournée dans l'esprit du Café de la Gare, «Au long de rivière Fango» (1975), réalisée par Sotha et au générique de laquelle figurent Patrick Dewaere, Rufus et Romain Bouteille, ou encore dans «La mort de l'utopie» (1975), oeuvre expérimentale de Jorge Amat. Mais sans doute n'est-elle jamais allée aussi loin qu'avec l'hallucinant «J'irai comme un cheval fou» (1973) qui, dans un surréalisme des plus débridés, mêle notamment inceste, scatologie, cannibalisme, transsexualité, anticléricalisme et autres éléments passés à la moulinette provocatrice du metteur en scène Fernando Arrabal.

Par la suite, Emmanuelle Riva continue sa carrière et tourne, par exemple, «Y-a-t-il un français dans la salle» (1982) de Jean-Pierre Mocky, «Gli occhi, la bocca» (1982) de Marco Bellocchio, «Trois couleurs : bleu» (1993) de Krzystztof Kieslowski, «Vénus beauté (institut)» (1999) de Tonie Marshall,… Mais, au fil des ans, peut-être oublie-t-on progressivement quelle actrice exceptionnelle elle est.

Toutefois, elle n'a pas dit son dernier mot et revient au premier plan grâce à «Amour» (2012) de Michael Hanneke,qui lui vaut un César de la meilleure actrice et une nomination aux oscars. Ensuite, elle ajoute encore quelques titres, comme «Paris pieds nus» (2016), à son palmarès, et se permet de faire un grand retour sur scène en 2014 dans «Savannah Bay» de Marguerite Duras qui lui vaut le Prix Beaumarchais 2014.

Très active au petit écran, elle y donnera, entre autres, «Le cygne» (1962), «Je voudrais parler à Monsieur Moratti» (1969), «La dame de l'aube» (1975), «Un prêtre marié» (1981), «Ralentir, école !» (1982), «Résister ou les captives d'Aigues-Mortes» (1985), etc.

Poétesse reconnue, elle nous livra l'intimité de ses rêveries dans trois recueils successifs – «Juste derrière le sifflet des trains» (1969), «Le feu des miroirs» (1975) –, «L'otage du désir» (1982) avant de nous livrer les secrets de son existence dans un livre de confidences, «C'est délit-cieux !» (2014). Photographe de talent, elle rassembla quelques-uns de ses clichés ramenés du Japon (1958) dans un album titré «Tu n'as rien vu à Hiroshima» (2009) sur des textes de Sylvette Baudrot.

Emmanuelle Riva, grande dame de la scène et de l'écran, s'en est allée comme elle a toujours vécue, discrètement, emportée par un cancer sournois.

Marlène Pilaete, Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11958LES GRANDES FAMILLES [Non créditée]
21958HIROSHIMA, MON AMOUR
31959RECOURS EN GRÂCE
41960ADUA E LE COMPAGNE (Adua et ses compagnes)
51960KAPÒ
61961LÉON MORIN, PRÊTRE
71961CLIMATS
81962THÉRÈSE DESQUEYROUX
91963LE ORE DELL'AMORE (Les heures de l'amour)
101963LE GROS COUP
111965IO UCCIDO, TU UCCIDI (Meurtre à l'italienne) de Gianni PUCCINI [Sk."La donna che viveva sola"] 
121964THOMAS L'IMPOSTEUR
131965LE COUP DE GRÂCE
141966FRUITS AMERS / SOLEDAD
151967LES RISQUES DU MÉTIER
161969LA MODIFICATION
171970L'HOMME DE DÉSIR
181971LES PORTES DE FEU
191973J'IRAI COMME UN CHEVAL FOU
201974ARIANE / ESPACE ZÉRO Super 8
211974AU LONG DE LA RIVIÈRE FANGO de Catherine SOTHA 
221982Y-A-T'IL UN FRANÇAIS DANS LA SALLE?
231983LIBERTÉ, LA NUIT
241991LOIN DU BRÉSIL
251993TROIS COULEURS: BLEU
261997XXL
271998VÉNUS BEAUTÉ (INSTITUT)
282001C'EST LA VIE
292006MON FILS À MOI
302008UN HOMME ET SON CHIEN
312011LE SKYLAB de Julie DELPY 
322012AMOUR de Michael HANEKE 
332016MARIE ET LES NAUFRAGÉS de Sébastien BETBEDER 
342016PARIS PIEDS NUS de Dominic ABEL, Fiona GORDON 
Poème…

"Je vois ma jeunesse
dans les provisions de mon corps
comme au fond d'un grenier
des graines toujours fraîches
dans un chapeau de vacances.

Mon désir se perd
dans le mystère de la création

Je vois le présent
dans les provisions de mon cœur
je prends mes bains de soleil
à la surface du temps..."

Emmanuelle Riva, «Le feu des miroirs» (1975)

Éd.8.1.4 : 11-11-2018