La bibliothèque de L'Encinématheque

Ivor NOVELLO (1893 / 1951)

Ivor Novello

Compositeur, auteur dramatique et acteur britannique, né David Ivor Davies, le 15 janvier 1893, à Cardiff (Pays de Galles, Grande-Bretagne). Décédé le 6 mars 1951, à Londres (Angleterre).

Fils de David Davies, percepteur municipal, et de Clara Novello, artiste lyrique de renommée internationale, Ivor Novello baigna toute son enfance dans une atmosphère musicale qui ne manqua pas de lui ouvrir la voie d'un destin tout tracé. Encore fallait-il disposer d'un brin de talent, ce dont le jeune homme fit preuve très tôt en poussant la chansonnette d'une manière remarquable. C'est ainsi qu'il eut l'occasion de participer au National Eisteddfod of Wales, un célèbre festival annuel s'étalant sur une huitaine de jours.

Sorti des écoles de Cardiff, c'est à Gloucester qu'il étudie sérieusement la musique sous l'égide de l'organiste de la cathédrale, Herbert Brewer. Bénéficiant d'une bourse, il entre à la Magadlen College School d'Oxford dont il devient le soliste de la chorale tout en affichant ses qualités de jeune compositeur en écrivant et publiant quelques chansons fort appréciées.

En 1914, sa mère s'installe à Londres comme professeur de chant. La Première Guerre Mondiale éclate, à laquelle il participe, d'abord en écrivant la musique du chant patriotique «Keep the Homes Fires Burning», puis en s'engageant tardivement (1916) pour devenir sous-lieutenant pilote de la Royal Naval Air Service. Deux avions écrasés plus tard, il est prudemment muté au Ministère de l'Air jusqu'à la fin du conflit. Parallèlement, il travaille sur des oeuvres lyriques plus conséquentes, composant les partitions de quelques opérettes («Theodore & Co» en 1916, «Arlette» en 1917 avec Stanley Lupino dont il devint le parrain de sa fille Ida Lupino, etc).

En 1920, le réalisateur franco-suisse Louis Mercanton, ayant remarqué son charmant minois sur une photographie, décide de lui confier le premier rôle de son prochain film, «L'appel du sang» (1920), Satisfait, il le retient pour tenir compagnie à «Miarka, la fille à l'ourse» (1920), décidant ainsi de son avenir parallèle d'acteur et de comédien. Artiste polymorphe, il se fraie bien vite un chemin dans le cinéma muet britannique («Carnival» en 1921, «The Bohemian Girl» en 1922) avant de faire une brève excursion en Louisianne sous la férule de David Wark Griffith («La rose blanche», 1923), exportation qui restera sans lendemain.

Pour autant, Ivor Novello gardera toujours une préférence pour le théâtre (bulle livre). Il débuta sur scène en 1921 dans la création anglaise du «Debureau» de Sacha Guitry (1921) et s'y fait remarquer peu après dans une adaptation du roman de Jane Austen «Pride and Prejudice». Ayant pris goût à la scène, il mit la main à la plume pour écrire «The Rat» (1924), une pièce composée autour d'un personnage du West End londonien ressemblant comme deux lames de surin à l'un de nos Apaches parisiens. L'année suivante, il fit inévitablement partie de l'adaptation cinématographique de son oeuvre dans le film éponyme de Graham Cutts («The Rat», 1925), ainsi que dans ses succédannés («The Triumph of the Rat» en 1926, «The Return of the Rat» en 1929).

Pris sous contrat par la Gainsborough Pictures, Ivor Novello obtint les premiers rôles dans deux films de jeunesse d'Alfred Hitchcock, «The Lodger» (1926) et «Downhill» (1927), avant d'achever sa carrière “muette” sous les directions respectives d'Adrian Brunel («The Constant Nymph» et «The Vortex» en 1928) et T.Hayes Hunter («A South Sea Bubble» en 1928). Après avoir repris son rôle de tueur en série dans la première version sonore de «The Lodger» (Maurice Elvey, 1932), il ne s'attarda plus guère à l'écran («Sleeping Car» d'Anatole Litvak en 1933, «Autumn Crocus» de Basil Dean en 1934), préférant se consacrer à la scène et au pupitre.

S'il connut un échec retentissant dans sa collaboration avec Noel Coward dont la pièce «Sirocco» (1927) ne tint l'affiche qu'un tout petit mois, ses contributions aux arts dramatique («Fresh Fields» avec son compagnon Robert Andrews en 1933, «Murder in Mayfair» en 1934,…) et musical (les opérettes «Glamorous Night» en 1935, «The Dancing Years» en 1939, dont il est également le principal interprète masculin,…) en font l'une des personnalités artistiques londoniennes les plus en vue des années trente. Après la Seconde Guerre Mondiale, il maria les deux disciplines avec bonheur dans ce qui demeure sa dernière oeuvre, la comédie musicale «Gay's the Word» (1951).

Homosexuel déclaré, Ivor Novello partagea les 35 dernières années de sa vie avec le comédien britannique Robert Andrews avant de succomber à une thrombose coronarienne.

Christian Grenier
Le chemin vers la santé mentale

"I believe in beauty in the Theatre. I believe that in the Theatre lies a road back to sanity.

I want to give the people the chance to dream again and I want to show them that there is an art beyond the reach of mechanical devices and black and white shadows chasing each other round a white sheet"

Traduction :

"Je crois à la beauté du théâtre. Je crois que le théâtre ouvre le chemin vers un retour à la raison pure et saine.

Je veux donner aux gens la chance de rêver encore. Je veux leur montrer qu'il existe un art au-delà de la portée des appareils mécaniques et des ombres noires et blanches qui se trémoussent sur la toile blanche."

Ivor Novello, «Proscenium», 1933

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1920
L'APPEL DU SANG
2
1920
MIARKA, LA FILLE À L'OURSE
3
1921
CARNIVAL, de Harley KNOLES
 
4
1922
THE BOHEMIAN GIRL, de Harley KNOLES
 
5
1923
THE WHITE ROSE (La rose blanche), de David Wark GRIFFITH
 
6
1923
BONNIE PRINCE CHARLIE, de Charles CALVERT
 
7
1923
THE MAN WITHOUT DESIRE, d'Adrian BRUNEL
 
8
1925
THE RAT (Le rat), de Graham CUTTS
 
9
1926
THE TRIUMPH OF THE RAT (Le triomphe du rat), de Graham CUTTS
 
10
1926
THE LODGER: A STORY OF THE LONDON FOG (Les cheveux d'or)
11
1927
DOWNHILL (C'est la vie)
12
1928
THE CONSTANT NYMPH, d'Adrian BRUNEL
 
13
1928
THE VORTEX, d'Adrian BRUNEL
 
14
1930
SYMPHONY IN TWO FLATS, de Gareth GUNDREY
 
15
1931
ONCE A LADY, de Guthrie McCLINTIC
 
16
1932
THE LODGER
17
1933
I LIVED WITH YOU
18
1933
SLEEPING CAR
19
1934
AUTUMN CROCUS DE , de Basil DEAN
 
Éd. 9.1.4 : 2-6-2019