La bibliothèque de L'Encinématheque

Marika RÖKK (1913 / 2004)

Marika Rökk

Actrice, danseuse et chanteuse allemande d'origine hongroise, née Marie Karoline Rökk, 3 novembre 1913, au Caire (Égypte). Décédée le 16 mai 2004, à Baden (Basse Autriche).

Née d'un père hongrois, architecte travaillant à la construction d'un pont sur le Nil lors de sa naissance, Marie Karoline Rökk passe l'essentiel de son enfance à Budapest après le retour de sa famille dans son pays d'origine. Elle entre très jeune, avant sa dixième année, à l'école de ballet de la capitale hongroise où elle découvre ce qui deviendra sa principale activité, la danse.

En 1924, elle suit les cours de Monsieur Legat, maître de danse à Paris, lors d'un séjour professionnel de son père. Elle a bientôt l'occasion de se produire au Moulin Rouge où elle est remarquée par la directrice d'une troupe de “girls”, Mrs.Hoffman, qui lui fait signer un contrat pour une tournée de quatre ans sur le continent américain. Élève à New York de Nat Rayburn, elle y fait la rencontre de Florenz Ziegfeld, qui lui offre des cours d'anglais et de chant avant de l'engager dans ses spectacles. Mais le permis de séjour de la jeune fille se termine et elle rentre en Europe où elle participe à différentes revues musicales.

En 1930, de passage à Londres, Marika Rökk fait ses débuts à l'écran dans deux comédies du réalisateur italo-américain Monty Banks, «Why Sailors Leave Home» et «Kiss Me Sergeant», dans des rôles secondaires de danseuses. À peine un peu plus tard, la voici déjà en tête d'affiche de deux productions hongroises, «Csókolj meg, édes !» (1932) et «Kísértetek vonata» (1933) dans lesquels elle fait ses premières armes d'actrice.

En 1935, L'Universum Film AG, grosse firme allemande se voulant la concurrente européenne des majors de l'Oncle Sam, fait signer un contrat à cette prometteuse artiste aux talents déjà multiples. Son premier film teuton, «Leichte Kavallerie» (1935), dans un rôle repris par Mona Goya pour la version française, en fait déjà une star qui se révèlera particulièrement à l'aise dans la comédie musicale. Elle s'impose rapidement comme une des actrices les plus populaires de l'industrie cinématographique du Troisième Reich («L'étudiant pauvre» en 1936, «Pages immortelles» en 1939, etc). On la voit notamment donner la réplique à Johannes Heestser («Gasparone» en 1937) aux côtés de qui elle remporte un gros succès dans «Allo ! Janine…» (1939).

En 1940, Marika Rökk épouse le metteur en scène Georg Jacoby avec lequel elle a régulièrement travaillé jusque là («Le démon de la danse» version 1936, «Fille d'Ève» en 1938, «Kora Terry» en 1940,…), le fera tout au long du Troisème Reich («La belle diplomate» en 1941), «Le démon de la danse» version 1942), «La femme de mes rêves» en 1944),… et bien au-delà encore («Princesse Czardas» en 1951, «Le masque bleu» en 1953, etc). Le couple aura une fille, Gabrielle, née en 1944.

Après l'effondrement du régime hitlérien, interdit de cinéma pour collaboration avec le régime nazi, le couple s'installe à Radstaff, près de Salzbourg, pour une retraite obligée. La fantaisiste fait son retour en 1948 par le biais du septième art autrichien. Toujours pleine d'énergie, elle anime, en vedette plusieurs films germaniques de divertissement («Fregola» en 1948 qui lui vaut le Bambi de la meilleure actrice, «L'enfant du Danube» en 1950, «Sensation à San Remo» en 1951, «La divorcée» en 1953, «Les nuits du perroquet vert» en 1957, «Mein Mann, das Wirtschaftswunder» en 1960, «La chauve-souris» en 1961, «Hochzeitsnacht im Paradies» en 1962),…). En 1958, à l'âge de 45 ans et toujours dirigée par son époux, elle fait encore preuve d'un dynamisme époustouflant dans une oeuvre construite autour de sa personne, «En piste, Marika». Toutefois, entre 1953 à 1957, c'est l'opérette qui constituera l'essentiel de son activité et lui vaudra encore une grosse satisfaction en 1978 avec «Die Gräfin vom Naschmark» où elle s'y produit en meneuse de revue toujours aussi determinée qu'à ses plus beaux jours.

En 1962, Marika Rökk met un terme à sa carrière cinématographique. Elle n'apparaîtra plus qu'à quelques reprises sur les petits écrans, après le décès de son époux survenu en 1964. Remariée avec l'acteur Fred Raul, elle prendra le temps de rédiger ses mémoires, «Herz mit Paprika», en 1974. Elle fera un unique retour dans les salles obscures en 1987, aux côtés de quelques collègues de sa génération, dans une comédie dramatique, «Schloß Königswald», qui les replongera à l'époque de leurs grandes années, celles de la Seconde Guerre Mondiale.

En 1998, la profession lui accorde un Bambi d'Honneur (on appelle ça chez nous un César) pour l'ensemble de sa carrière, quelques années avant qu'une crise cardiaque n'emporte cette actrice virevoltante que rien ne semblait devoir abattre.

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1932
CSÓKOLJ MEG, ÉDES!, de Bela GAÁL
 
2
1933
KÍSÉRTETEK VONATA, de Lajos LÁZÁR
 
3
1935
LEICHTE KAVALLERLE / CAVALERIE LÉGÈRE [Version allemande]
4
1936
HEISSES BLUT / LES DEUX FAVORIS [Version allemande]
5
1936
DER BETTELSTUDENT (L'étudiant pauvre)
6
1936
UND DU MEIN SCHATZ FÄHRST MIT (Le démon de la danse), de Georg JACOBY
 
7
1937
GASPARONE
8
1938
EINE NACHT IM MAI (Fille d'Ève), de Georg JACOBY
 
9
1939
HALLO JANINE! (Allo! Janine)
10
1939
ES WAR EINE RAUSCHENDE BALLNACHT (Pages immortelles)
11
1940
KORA TERRY
12
1940
WUNSCHKONZERT (L'épreuve du temps), d'Eduard von BORSODY
 
13
1941
FRAUEN SIND DOCH BESSERE DIPLOMATEN (La belle diplomate)
14
1941
TANZ MIT DEM KAISER (La danse avec l'empereur)
15
1942
HAB MICH LIEB (Le démon de la danse), de Harald BRAUN
 
16
1944
DIE FRAU MEINER TRÄUME (La femme de mes rêves)
17
1948
FREGOLA, de Harald RÖBBELING
 
18
1950
DAS KIND DER DONAU
19
1951
SENSATION IN SAN REMO (Sensation à San Remo), de Georg JACOBY
 
20
1951
DIE CSÁRDÁSFÜRSTIN (Princesse Czardas)
21
1953
MASKE IN BLAU (Le masque bleu), de Georg JACOBY
 
22
1953
DIE GESCHIEDENE FRAU (La divorcée), de Georg JACOBY
 
23
1957
NACHTS IM GRÜNEN KAKADU (Les nuits du perroquet vert), de Georg JACOBY
 
24
1958
BÜHNE FREI FÜR MARIKA (En piste, Marika!)
25
1959
DIE NACHT VOR DER PREMIERE (Nuit d'avant première)
26
1960
MEIN MANN, DAS WIRTSCHAFTSWUNDER
27
1961
HEUTE GEHN WIR BUMMELN, d'Erik ODE
 
28
1961
DIE FLEDERMAUS (La chauve-souris)
29
1962
HOCHZEITSNACHT IM PARADIES
30
1987
SCHLOß KÖNIGSWALD, de Peter SHAMONI
 
Éd. 9.1.4 : 19 juillet 2019