La bibliothèque de L'Encinématheque

Burgess MEREDITH (1907 / 1997)

Burgess Meredith

Acteur américain, né le 16 novembre 1907, à Cleveland (Ohio, U.S.A.). Décédé le 9 septembre 1997, à Malibu (Californie, U.S.A.).

De Steinbeck à Stallone, la carrière de Burgess Meredith semble accomplir le grand écart parfait : le rôle de George, protecteur bienveillant de Lennie le simplet, dans «Des souris et des hommes» (1939), le mit en lumière à Hollywood mais aujourd'hui c'est sa participation à quatre épisodes de la série des «Rocky» qui assure sa postérité.

Hésitant sur ses projets d'avenir, le jeune Oliver Burgess George Meredith fut tour à tour marin, colporteur et reporter avant d'intégrer finalement la troupe d'Eva Le Gallienne et de se faire un nom en 1933 grâce à son interprétation d'un champion de boxe dans «Little ol' Boy» : la critique voit alors en lui le comédien le plus prometteur de l'année. Le dramaturge Maxwell Anderson lui apporte la consécration avec «Winterset» en 1935 - pièce adaptée au cinéma dès l'année suivante – et trois autres œuvres écrites pour lui. On le voit – mais peu de temps car la pièce fut un échec – face à Orson Welles dans «Five Kings», une version scénique du futur «Falstaff». A l'écran, il seconde de prestigieux partenaires nommés Clark Gable et Norma Shearer dans «La sarabande des pantins» (1939) ou Fred Astaire et Paulette Goddard dans «Swing Romance» (1940). Ernst Lubitsch, dans «Illusions perdues» (1941), le dirige en Alexander Sebastian, psychanalyste qui sème le trouble dans le mariage de Merle Oberon et Melvyn Douglas. Le titre le plus marquant reste toutefois «Les forçats de la gloire» de William A. Wellman (1945) où il joue Ernie Pyle, célèbre correspondant de guerre. Burgess Meredith participa lui-même à l'effort de guerre au travers de courts métrages signés Frank Capra, John Huston ou Jean Renoir, dont il assura la narration, et dirigea avec Anthony Asquith «Welcome to Britain» (1943). Avec Renoir encore, il adapte l'œuvre d'Octave Mirbeau, «Le journal d'une femme de chambre» (1946), où il campe de façon drolatique le sautillant Capitaine Mauger, amoureux de Célestine ; il faut dire que cette dernière est jouée par Paulette Goddard, divorcée de Charlie Chaplin et devenue en 1944 Mrs Burgess Meredith, la troisième du nom en dix ans… Le couple se retrouvera dans «La folle enquête» (1948) de King Vidor avant de divorcer en 1949.

On pouvait espérer de brillantes prestations de “Buzzy” - son surnom de toujours – tout au long des années 50 mais le sinistre sénateur McCarthy inscrit sur sa liste noire ce farouche partisan de la pluralité des opinions. C'est en Europe qu'il tourne son adaptation de «La tête d'un homme» de Simenon : dans «L'homme de la tour Eiffel» (1949), il joue lui-même le rôle de Joseph Heurtin, le condamné à mort évadé, face à Charles Laughton en Maigret. Si l'on excepte «Joe Butterfly» (1957), Burgess disparaît des écrans pendant douze ans et se consacre au théâtre où sa carrière comme comédien et metteur en scène est si brillante – «Liliom» en 1940, «The Teahouse of the August Moon» en 1954, «Major Barbara» en 1957, etc – que l'on n'hésitera pas à le surnommer le Laurence Olivier américain. Otto Preminger le ramène au cinéma avec l'excellent «Tempête à Washington» (1962) ; il lui proposera successivement d'enfiler la soutane pour «Le cardinal» (1963), l'uniforme pour «Première victoire» (1965), la robe du juge dans «Que vienne la nuit» (1967) et… rien du tout pour «Des amis comme les miens» (1971) ! Dès lors, les compositions vont se multiplier, à commencer par celle du Pingouin dans «Batman» (1966) dont le succès télévisé entraîne une version abrégée pour le grand écran. L'année suivante, il campe carrément le Diable dans «Le jardin des tortures» (1967).

Les années 70 débutent en fanfare avec «Le reptile» de Joseph Mankiewicz (1970) où il joue Missouri Kid. Sa composition de comédien alcoolique dans «Le jour du fléau» de John Schlesinger (19754) lui vaut une nomination à l'oscar du meilleur second rôle masculin ; certes il ne l'obtient pas et récidive dans l'échec l'année suivante pour «Rocky» (1976) mais il y trouve son rôle le plus célèbre aujourd'hui : Mickey Godmill, le vieil entraîneur, a raté sa carrière de boxeur mais tient sa revanche en entraînant “l'Etalon Italien”. Les deux opus suivants dirigés par Stallone lui-même consacrent l'excellent “Buzzy” qui apporte encore plus d'émotion à son personnage : doté d'un appareil auditif dans «Rocky II, la revanche» (1979), il accepte une dernière fois de préparer son poulain dans «Rocky III, l'œil du tigre» (1982) où il meurt d'une crise cardiaque dans les vestiaires. Comme pris de remords d'avoir sacrifié le meilleur interprète de la série, Stallone le fait revenir de l'au-delà pour une scène fantomatique de «Rocky V» (1990) où il prodigue une dernière fois ses conseils à son poulain.

Parmi les surprises que nous réserve la carrière de Burgess Meredith, retenons son apparition inattendue chez Jean-Luc Godard dans «King Lear» (1987) et plus encore sa participation télévisée à «Waiting for Godot», version paraît-il magistrale de la pièce de Samuel Beckett en 1961. Éclectique, il brilla dans le registre comique avec «Drôle d'embrouille» (1978), le fantastique avec «La sentinelle des maudits» (1976) ou «Magic» (1978) et même un film catastrophe, d'ailleurs catastrophique : «Le jour de la fin du monde» (1979). «Sanglantes confessions» (1980) où il donnait la réplique à Robert de Niro est une meilleure cuvée de même que «Les grincheux» (1993), comédie à succès où il avait pour potes un fameux duo de papys grognons, Jack Lemmon et Walter Matthau. «Les grincheux 2», deux ans plus tard, sera son dernier film. A 87 ans, il venait de publier son autobiographie, «So far, so good : A Memoir», quand la maladie d'Alzheimer le contraignit à mettre un terme à sa longue carrière, initiée soixante ans plus tôt.

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1936
WINTERSET (Sous les ponts de New York), d'Alfred SANTELL
 
2
1937
THERE GOES THE GROOM
3
1938
SPRING MADNESS (Fièvre de printemps), de S.Sylvan SIMON
 
4
1939
IDIOT's DELIGHT (La sarabande des pantins)
5
1939
OF MICE AND MEN (Des souris et des hommes)
6
1940
CASTLE ON THE HUDSON (Le château de l'angoisse)
7
1940
SECOND CHORUS (Swing Romance)
8
1941
THAT UNCERTAIN FEELING (Illusions perdues)
9
1941
TOM, DICK AND HARRY (Ses trois amoureux), de Garson KANIN
 
10
1942
STREET OF CHANCE
11
1943
A WELCOME TO BRITAIN, d'Anthony ASQUITH, Burgess MEREDITH (Documentaire) [Documentaire]
 
12
1945
THE STORY OF G.I. JOE (Les forçats de la gloire)
13
1946
THE DIARY OF A CHAMBERMAID (Le journal d'une femme de chambre) [+Co-scénariste et co-producteur]
14
1946
MAGNIFICENT DOLL
15
1947
MINE OWN EXECUTIONER (Mon propre bourreau)
16
1948
ON OUR MERRY WAY (La folle enquête) [+Co-producteur]
17
1949
THE MAN ON THE EIFFEL TOWER (L'homme de la Tour Eiffel)
18
1949
GOLDEN ARROW
19
1957
JOE BUTTERFLY, de Jesse HIBBS
 
20
1958
MAN ON THE RUN, d'Eddie ROMERO
 
21
1962
ADVISE & CONSENT (Tempête à Washington)
22
1963
THE CARDINAL (Le cardinal)
23
1965
IN HARM's WAY (Première victoire)
24
1965
A BIG HAND FOR THE LITTLE LADY (Gros coup à Dodge City)
25
1966
MADAME X
26
1966
BATMAN
27
1967
HURRY SUNDOWN (Que vienne la nuit)
28
1967
TORTURE GARDEN (Le jardin des tortures)
29
1968
STAY AWAY, JOE (Micmac au Montana)
30
1968
SKIDOO
31
1968
MACKENNA's GOLD (L'or de Mackenna)
32
1969
HARD CONTRACT
33
1970
THERE WAS A CROOKED MAN (Le reptile)
34
1971
CLAY PIGEON (Pigeon d'argile)
35
1971
SUCH GOOD FRIENDS (Des amis Comme les miens)
36
1975
THE DAY OF THE LOCUST (Le jour du fléau)
37
1975
THE HINDENBURG (L'odyssée du Hindenburg)
38
1976
BURNT OFFERINGS (Trauma)
39
1976
ROCKY
40
1976
THE SENTINEL (La sentinelle des maudits)
41
1977
THE MANITOU (Le faiseur d'épouvantes)
42
1978
FOUL PLAY (Drôle d'embrouille)
43
1978
THE AMAZING CAPTAIN NEMO (Le retour du capitaine Nemo), Téléfilm distribué dans certains pays
44
1978
MAGIC
45
1979
ROCKY II (Rocky II, la revanche)
46
1979
WHEN TIME RAN OUT (Le jour de la fin du monde)
47
1980
CLASH OF THE TITANS (Le choc des titans)
48
1980
TRUE CONFESSIONS (Sanglantes confessions)
49
1982
ROCKY III: EYE OF THE TIGER (Rocky III, l'oeil du tigre)
50
1985
SANTA CLAUS, THE MOVIE (Santa Claus)
51
1988
FULL MOON IN BLUE WATER (Pleine Lune sur Blue Water)
52
1990
ROCKY V
53
1993
GRUMPY OLD MEN (Les grincheux)
54
1994
GRUMPIER OLD MEN (Les grincheux 2)
Éd. 9.1.4 : 15-1-2020