La bibliothèque de L'Encinématheque

Marsha HUNT (1917)

Marsha Hunt

Actrice américaine, née Marcia Virginia Hunt, le 17 octobre 1917, à Chicago (Illinois, U.S.A.).

Fille de Earl Hunt, procureur, et de Minibel, professeur de techniques vocales, Marcia Hunt est la soeur cadette de Marjorie, qui fera carrière dans l'enseignement. Les prénoms des 2 filles étant souvent confondues en prononciation anglaise, tout le monde prend l'habitude de l'appeller Betty.

Au début des années 20, la famille s''installe à New York City. Dès l'âge de trois ans, Marcia se produit devant tous les publics qu'elle peut trouver : à l'école, à l'église, en camps de vacances… Elle aime la danse, la musique et les arts en général et, très tôt apprend la langue française. À l'issue de son passage à la Horace Mann School Girls, elle renonce aux études universitaires que souhaitaient ses parents pour s'incrire dans un cours d'art dramatique. Modèle pour le photographe de mode John Powers, elle s'initie aux techniques du maquillage de la coiffure et s'habitue à la présence des objectifs et des caméras.

Au début des années trente, elle croise le producteur et réalisateur d'origine hongroise Gabriel Pascal qui, impressionné par sa connaissance de l'oeuvre de Shakespeare, la recommande pour entrer à la Theodora Irvine Drama School où elle fait la connaissance de Cornel Wilde, encore étudiant. En 1934, le photographe Robert Mack, après l'avoir employée, lui conseille de tenter sa chance au cinéma. Elle s'installe peu après à Hollywood, chaperonnée par sa soeur, où elle pose pour des publicités avant d'être remarquée par un chasseur de la Paramount. Au terme d'un bout d'essai autour d'une pièce de Noel Coward, elle est prise sous contrat pour un salaire hebodmadaire oscillant entre 350 et 1500$.

En 1935, Marsha Hunt fait ainsi ses débuts à l'écran dans «The Virginia Judge», dont le rôle-titre revient à Walter C.Kelly, l'oncle de Grace Kelly. Parmi ses partenaires se trouve le débutant Robert Cummings qui deviendra son “petit ami” pendant quelques temps et le partenaire récursif de ses premiers films («Hollywood Boulevard», etc). Si «College Holiday» lui fait vivre son premier baiser de cinéma partagé avec Leif Erickson, «Le doigt qui accuse» (1936) la place déjà en haut de l'affiche. En concurrence avec d'autres starlettes prometteuses pour donner la réplique à Bing Crosby dans "Rhythm on the range", elle se voit préférer Frances Farmer.

Représentante du macroscome hollywoodien au bal d'anniversaire du président Roosevelt (1937), elle pousuit son travail auprès de partenaires de plus en plus prestigieux : Van Heflin dans «Annapolis Salute», Gilbert Roland dans «Thunder Trail», John Wayne dans «Born to the West». Sollicitée par Republic Pictures pour «Come on, Leathernecks» (1938), elle arrive au terme de son contrat avec la Paramount en emportant avec elle un assitant décorateur dont elle fera son premier époux (1938-1945), le futur réalisateur Jerry Hopper.

Devenue actrice indépendante, Marsha a du mal à se relancer et s'apprête à partir en tournée théâtrale lorsqu'elle reçoit la proposition de la M.G.M. de figurer la plus mature de «These Glamour Girls» (1939) parmi sept jeunes partenaires moins avisées, dont la toute jeune Lana Turner. Cette année-là, ayant essuyé le refus de la Warner de lui "“prêter” Olivia de Havilland, David O. Selznick cherche une Melanie pour son «Autant en emporte le vent». Choisie, Marsha est aux anges lorsque Jack Warner, sans doute par l'appât alléché, revient sur sa position. On connaît la suite…

La firme au lion rugissant lui permet toutefois d'incarner l'une des cinq filles de Greer Garson dans «Orgueil et préjugés» (1942), sur le plateau duquel l'attendent Laurence Olivier et Edmund Gwenn. Elle surfe alors sur la pente ascendante des jeunes actrices prometteuses auxquelles la cancanière Hedda Hopper promet un bel avenir. Les grands réalisateurs se l'arrachent, comme Frank Borzage («L'appel des ailes») et Mervyn Leroy («Les oubliés») en 1941, Fred Zinnemann («L'assassin au gant de velours») et Jules Dassin («The Affairs of Martha») en 1942, Clarence Brown («Et la vie continue») et George Sidney («Pilot Number Five») en 1943… Elle travaille également pour le programme radiophonique "Lux Radio Theatre" et s'essaye même à la chanson sous le nom de Lola Prentiss. L'époque n'étant pas à la franche rigolade, elle incarne une infirmière militaire basée à Bataan dans «Cry 'Havoc'» (Richard Thorpe, 1943), puis une Polonaise juive dans «None Shall escape» (André de Toth, 1944).

Sur le front conjugal, les choses ne vont guère mieux et le couple Hunt-Hopper divorce en 1945, après le tournage de «La vallée du jugement» avec Gregory Peck et Greer Garson. Peu après entre dans sa vie – et jusqu'à la mort de l'impétrant – le scénariste Robert Presnell Jr. Marié en 1946, le couple s'installera dans un ranch de la San Fernando Valley et donnra naissance à une fille prématurée (juillet 1947) qui ne vivra qu'un seul jour.

57

Le travail reprend et les rôles sont toujours aussi valorisant («Une vie perdue» de Stuart Heisler en 1947, «Marché de brutes» d'Anthony Mann en 1948,…) lorsque l'Amérique sombre dans une de ces périodes noires qui la frappent régulièrement. Ayant participé, en compagnie notamment de Lauren Bacall, Humphrey Bogart et Gene Kelly, à une manifestation de soutien aux "dix d'Hollywood", le couple est placé sur une liste “grise” qui l'éloigne des studios. Marsha se tourne alors vers le théâtre («Good bye Again», «Legend of Sara»,…). Elle ne retrouvera qu'épisodiquement le chemin des studios («Sacré printemps» en 1952), n'apparaîtra qu'une seule fois dans un grand film («Bombardier B-52» de Gordon Douglas en 1957), préfèrera monter sur scène dans «Anniversary Waltz» plutôt que d'incarner la mère de ce “rebelle” James Dean dans «La fureur de vivre» (1955) et réservera ses charmes essentiellement pour les spectateurs des petits écrans jusqu'en 2008.

Engagée dans des oeuvres humanitaires (UNICEF, Croix Rouge,…), elle déclinera l'offre d'entrer en politique comme le lui demanderont quelques amis démocrates de son district. Très active à la télévision (série «Peck's Bad Girl» en 1959,…), on la vit réapparaître à l'écran en 1971 dans «Johnny s'en va-t-en guerre», l'oeuvre bouleversante de Dalton Trumbo – un autre banni du McCarthysme – en mère du malheureux soldat démembré, mais l'affaire restera sans véritable lendemain.

Maire honoraire de Sherman Oaks depuis 1983, retraitée à l'âge de 90 ans, Marsha Hunt demeure à cette heure la centenaire la plus célèbre de l'âge d'or hollywoodien après Olivia de Havilland. Mais ça aurait pu être l'inverse !

Christian Grenier, mars 2020

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1935
THE VIRGINIA JUDGE, d'Edward SEDGWICK
 
2
1936
DESERT GOLD, de James P.HOGAN
 
3
1936
THE ARIZONA RAIDERS, de James P.HOGAN
 
4
1936
HOLLYWOOD BOULEVARD
5
1936
EASY TO TAKE, de Glenn TRYON
 
6
1936
THE ACCUSING FINGER (Le doigt qui accuse), de James P.HOGAN
 
7
1936
COLLEGE HOLIDAY
8
1937
MURDER GOES TO COLLEGE, de Charles REISNER
 
9
1937
ANNAPOLIS SALUTE, de Christy CABANNE
 
10
1937
THUNDER TRAIL
11
1937
BORN TO THE WEST/HELL TOWN
12
1938
COME ON, LEATHERNECKS!
13
1938
LONG SHOT
14
1939
STAR REPORTER, de Howard BRETHERTON
 
15
1939
THE HARDYS RIDE HIGH (André Hardy millionnaire)
16
1939
THESE GLAMOUR GIRLS, de S.Sylvan SIMON
 
17
1939
JOE AND ETHEL TURP CALL ON THE PRESIDENT
18
1940
IRENE (Irène)
19
1940
PRIDE AND PREJUDICE (Orgueil et préjugés)
20
1941
CHEERS FOR MISS BISHOP, de Tay GARNETT
 
21
1941
THE PENALTY
22
1941
I'LL WAIT FOR YOU
23
1941
BLOSSOMS IN THE DUST (Les oubliés)
24
1941
UNHOLY PARTNERS (Associés sans honneur)
25
1942
JOE SMITH, AMERICAN (Un Américain pur sang)
26
1942
KID GLOVE KILLER (L'assassin au gant de velours)
27
1942
THE AFFAIRS OF MARTHA
28
1942
PANAMA HATTIE
29
1942
SEVEN SWEETHEARTS (Sept amoureuses)
30
1943
THE HUMAN COMEDY (Et la vie continue)
31
1943
PILOT NUMBER FIVE
32
1943
CRY 'HAVOC'
33
1943
LOST ANGEL (L'ange perdu)
34
1944
NONE SHALL ESCAPE
35
1944
BRIDE BY MISTAKE, de Richard WALLACE
 
36
1945
THE VALLEY OF DECISION (La vallée du jugement)
37
1945
A LETTER FOR EVIE
38
1947
SMASH-UP: THE STORY IF A WOMAN (Une vie perdue), de Stuart HEISLER
 
39
1948
THE INSIDE STORY
40
1948
RAW DEAL (Marché de brutes)
41
1949
TAKE ONE FALSE STEP (Le faux pas)
42
1949
MARY RYAN, DETECTIVE
43
1952
ACTORS AND SIN, de Ben HECHT, Lee GARMES [Sk."Actor's Blood"]
 
44
1952
THE HAPPY TIME (Sacré printemps)
45
1957
BACK FROM THE DEAD
46
1957
BOMBERS B-52 (Bombardier B-52)
47
1959
BLUE DENIM (Fille en blue jeans)
48
1971
JOHNNY GOT HIS GUN (Johnny s'en va-t-en guerre)
Éd. 9.1.4 : 5-3-2020