X

Marujita DIAZ (1932 / 2015)

Marujita Diaz

icone

Marujita Diaz (née à Séville, Espagne) débute à l'écran en 1948.
 Dans le début des années 50, ses rôles deviennent plus consistants et elle s'impose comme star du cinéma espagnol grâce à «Puebla de las mujeres» (1953).

Par la suite, elle est l'interprète de, entre autres, «El pescador de coplas» (1954), «Goodbye Sevilla» (1955), «Angeles sin cielo» (1957), «El genio alegre» (1957), «Y después del cuplé» (1959), «La corista» (1960), «Pelusa» (1960), «La cumparsita» (1961), «Abuelita Charleston» (1962), «La casta Susana» (1963),…

Après la co-production argentino-hispano-chilienne «La pergola de las flores» (1965), elle travaille beaucoup moins pour le cinéma.
 On peut toutefois citer, par exemple, la co-production italo-espagnole «Grazie zio, ci provo anch'io» / «Carmen Boom» (1971) ou encore «Deseo carnal» (1978), qui marque ses adieux au Septième Art, si l'on excepte un court-métrage en 1998.

Durant sa carrière, elle se produit aussi sur scène et enregistre plusieurs disques à succès.
 Elle est également bien présente à la télévision, où sa personnalité exubérante et désinhibée en fait l'invitée rêvée de toutes sortes d'émissions, allant du programme de variétés au talk-show.

Sous des dehors fantasques, Marujita Diaz garde la tête sur les épaules et, à la fin de sa vie, se retrouve à la tête d'une considérable fortune, obtenue par de judicieux investissements dans l'immobilier, les bijoux et les œuvres d'art.

Marlène Pilaete