X

Betsy DRAKE (1923 / 2015)

Betsy Drake

icone

Betsy Drake (née de parents américains à Neuilly-sur-Seine, France) part pour les Etats-Unis avec sa famille à l'époque du crash financier de 1929.
 Dans les années 40, elle s'oriente vers le théâtre et, en 1947, Elia Kazan la choisit pour créer à Londres la pièce «Deep Are the Roots», que Barbara Bel Geddes avait jouée à Broadway de septembre 1945 à novembre 1946.

C'est à cette occasion que Cary Grant la voit pour la première fois et le hasard fait qu'ils se retrouvent tous deux sur le paquebot qui les ramène aux U.S.A.
 A l'instigation de l'acteur, la jeune femme est bientôt engagée pour être sa partenaire dans le film «Every Girl Should Be Married» (1948), qui en fait une vedette.

Elle est par la suite l'interprète de «Dancing in the Dark» (1949), «The Second Woman» (1950), «Pretty Baby» (1950) et «Room for One More» (1952), dans lequel elle retrouve Cary Grant, qu'elle a épousé en 1949.

Elle met ensuite sa carrière entre parenthèses pour se consacrer à la vie conjugale.
 L'actrice doit néanmoins bientôt affronter deux événements pénibles : la liaison de son époux avec Sophia Loren et le naufrage, en 1956, du navire Andrea Doria, dont, heureusement, elle sort saine et sauve.

Par la suite, elle revient au cinéma dans «Will Success Spoil Rock Hunter ?» (1957) et dans deux productions anglaises «Intent to Kill» (1958) et «Next to No Time» (1958).

Pour voir plus clair dans son existence, Betsy Drake décide d'expérimenter une thérapie au LSD, à l'époque tout à fait légale.
 Pour l'anecdote, c'est d'ailleurs par son intermédiaire que son mari décidera aussi d'essayer cette substance et d'y prendre d'ailleurs goût.
 Le couple finit par divorcer au début des années 60.

Après une dernière incursion au Septième Art dans «Clarence, the Cross-Eyed Lion» (1965), inspiré par la célèbre série télévisée «Daktari», Betsy Drake prend un tout autre chemin.
 Elle se lance en effet dans des études de psychologie, ce qui lui permet par après de travailler comme thérapeute.

Marlène Pilaete