X

Coleen GRAY (1922 / 2015)

Coleen Gray

icone

Après avoir été remarquée sur scène, Coleen Gray (née à Staplehurst, Etats-Unis) débute à l'écran en 1945, et, après quelques petites apparitions non-créditées, a la chance d'incarner la seconde épouse de Victor Mature, qui doit affronter la vengeance d'un Richard Widmark  particulièrement sadique, dans le film noir «Kiss of Death» (1947).

Elle devient dès lors une vedette et tourne par la suite d'autres thrillers et films policiers : «The Sleeping City» (1950), «I'll Get You for This» (1951), «Models Inc.» (1952), «Kansas City Confidential» (1952), «The Fake» (1953), réalisé en Angleterre, «The Killing» (1956), «Hell's Five Hours» (1958) et «Johnny Rocco» (1958).

Elle consacre également beaucoup de temps aux westerns et en tourne une douzaine, parmi lesquels on peut citer, entre autres, «Fury at Furnace Creek» (1948), «Sand» (1949), «Apache Drums» (1951), «The Vanquished» (1953), «Arrow in the Dust» (1954), «Frontier Gambler» (1956), «Copper Sky» (1957),…

Elle touche aussi aux mondes de l'horreur avec «The Vampire» (1957) et «The Leech Woman» (1960) et de la science-fiction avec «The Phantom Planet» (1961).

Le cinéma fait finalement peu appel à elle pour des rôles légers.
 Mentionnons tout de même sa présence dans les comédies «Father Is a Bachelor» (1950) avec William Holden et «Riding High» (1950) avec Bing Crosby.

Dès le début des années 60, elle travaille beaucoup plus pour la télévision que pour le Septième Art.
 Après son troisième mariage en1979, Coleen Gray consacre beaucoup de temps à l'association chrétienne «Prison Fellowship», qui propose un support religieux à des personnes incarcérées, et n'exerce plus son métier de comédienne qu'à quelques rares reprises.

Marlène Pilaete