X

Katia LORITZ (1932 / 2015)

Katia Loritz

icone

Alors qu'elle étudie les Beaux-Arts à Rome, Katia Loritz (née à Arbon, Suisse) débute à l'écran en tournant à deux reprises sous la direction d'Enzo Della Santa dans «I bambini ci amano» (1954) et «Honey degli uomini perduti» (1955).

Mais c'est son troisième film, la co-production hispano-italienne «Las manos sucias/La morte ha viaggiato con me» (1957), qui se révèle déterminant pour la suite de sa carrière.
 Elle s'installe alors en effet en Espagne, où elle devient une vedette appréciée et tourne régulièrement durant une dizaine d'années.

Elle est alors l'interprète de, entre autres, «Las chicas de la Cruz Roja» (1958), «El dia de los enamorados» (1959), «Mi calle» (1960), «Cancion de cuna» (1961), «Atraco a la tres» (1962), «Trampa mortal» (1963), «Rueda de sospechosos» (1964), «Oeste Nevada Joe» (1965),…

Elle délaisse le cinéma après «El rostro del asesino» (1967).
 Son mariage en 1966  avec un industriel, à qui elle donnera une fille, n'est sans doute pas étranger à cet éloignement.
 Toutefois, cela ne veut pas dire qu'elle abandonne totalement le domaine artistique, la peinture prenant en effet une place importante dans sa vie.

Elle ne retourne plus à son métier d'actrice que pour apparition dans une série télévisée en 1982 et un rôle dans «Qué he hecho yo para merecer esto !» (1984) de Pedro Almodovar.

Marlène Pilaete