X

Colette MARCHAND (1925 / 2015)

Colette Marchand

icone

Après avoir étudié la danse classique à l'Opéra de Paris, Colette Marchand (née à Paris, France) y débute en 1946 avant de faire partie durant quelque temps d'une  compagnie anglaise.
 En 1948, elle incorpore la troupe des Ballets de Paris de Roland Petit et ne tarde pas à devenir célèbre.
 En 1949, notamment, elle crée sur une scène londonienne «L'œuf à la coque», dans lequel elle fait particulièrement sensation.

A son actif, relevons d'autres œuvres chorégraphiées par Roland Petit comme, par exemple, dans la première moitié de 1953, «Ciné-bijou» et «Deuil en 24 heures» au théâtre de l'Empire, mais aussi «Lady in the Ice» qu'elle joue pour la première fois à Londres en septembre de la même année et dont la mise en scène et le scénario sont signés OrsonWelles, qui fait là son unique incursion dans le monde du ballet.

A Broadway, le public peut l'apprécier d'octobre 1949 à janvier 1950 dans une reprise de «L'œuf à la coque» ainsi que dans «Le combat», chorégraphié par William Dollar.
 D'octobre à décembre 1950, elle revient se produire dans la capitale du théâtre, toujours dans son grand succès, «L'œuf à la coque», mais aussi dans «Carmen».

Dans un registre plus classique, Colette Marchand interprète à Londres  «Le lac des cygnes» durant la saison 1955-1956.
 Sortant des sentiers battus, elle touche aussi aux spectacles musicaux.
 Elle figure ainsi parmi les protagonistes de «Two on the Aisle» à Broadway de juillet 1951 à mars 1952 et, à Paris, elle est la partenaire de Maurice Chevalier dans la revue «Plein-feu» en 1952.

Cette étoile de la danse fait également un peu de cinéma.
 Elle débute au Septième Art dans «Moulin Rouge» (1952) de John Huston.
 Elle y incarne Marie Charlet, la prostituée qui en fait voir de toutes les couleurs au  peintre Toulouse-Lautrec, et sa brillante prestation lui vaut une nomination à l'Oscar du meilleur second rôle et un Golden Globe de la débutante la plus prometteuse.

Elle est ensuite la vedette de la co-production franco-allemande «Par ordre du tsar/Ungarische Rhapsodie» (1953), tournée en double version.
 En 1954, elle est l'interprète et signe la chorégraphie du court-métrage de danse «Romantic Youth».

Marlène Pilaete