X

MOVITA (1916 / 2015)

Movita

icone

Movita (née de parents mexicains à Nogales, Etats-Unis) débute à l'écran au début des années 30.
 Elle tient son premier rôle important, celui de la manipulatrice Gregoria, dans la production mexicaine «El escandalo» (1934), adaptation d'un classique de l'écrivain espagnol Pedro Antonio de Alarcon.

Mais c'est aux U.S.A. qu'elle poursuit ensuite sa carrière.
 En 1935, elle est notamment la vedette de «El diablo del mar», une production destinée au public hispanophone, et joue la petite amie de Franchot Tone dans «Mutiny on the Bounty».
 L'année suivante, un autre personnage exotique l'attend dans «Captain Calamity/El Capitan Tormenta», tourné en double version.

De 1937 à 1939, elle est une des étoiles de la Monogram, une compagnie spécialisée dans les séries B, où son type de beauté l'amène à incarner une fille des îles dans «Paradise Isle» (1937), une Mexicaine dans «Rose of the Rio Grande» (1938), une Amérindienne dans «Wolf Call» (1939) et une Brésilienne dans «Girl of the Rio» (1939).

En 1939, elle épouse Jack Doyle, un boxeur irlandais reconverti dans le show business, et s'installe en Angleterre, où elle se produit sur scène.
 Elle n'oublie toutefois pas le cinéma en figurant parmi les protagonistes de «Tower of Terror» (1941).
 En 1944, elle se sépare de Jack Doyle, devenu trop violent, et ne tarde pas à retourner dans son pays natal.

De 1948 à 1955, on la revoit au Septième Art, tenant encore des rôles importants dans des films d'aventures et des westerns à petit budget comme «The Mysterious Desperado» (1949), «Federal Man» (1950), «Wild Horse Ambush» (1952) ou encore «Apache Ambush» (1955).
 Dans des productions de catégorie supérieure comme «Fort Apache» (1948) de John Ford, ses participations sont nettement plus discrètes.

Après la fin de son parcours cinématographique, elle travaille encore à quelques reprises pour la télévision, la dernière fois dans plusieurs épisodes de la série «Côte Ouest» de 1987 à 1989.

Movita est également célèbre pour avoir épousé Marlon Brando en 1960.
 Ce mariage sera annulé par la Cour de Justice de Santa Monica en juillet 1968 (et non en 1962 comme on peut souvent le lire), au motif que Movita n'aurait jamais divorcé officiellement de son premier époux.
 Notons d'ailleurs ici que, concernant la Tahitienne Tarita, la femme qui succède à Movita dans le parcours amoureux de Brando Brando, les sources ne concordent pas.
 Certaines mentionnent un mariage en 1962, ce qui aurait fait de l'acteur un bigame, et d'autres présentent plutôt la jeune femme comme étant à l'époque sa concubine, ce qui semble en effet plus logique.

Pour ajouter à la confusion, rappelons qu'en 1961, Movita met au monde un petit Sergio Miko Brando, qu'en 1963, c'est au tour de Tarita de donner un fils, Simon Teihotu Brando, au monstre sacré et, qu'en 1966, naît une petite Rebecca Brando, dont la mère n'est autre que… Movita !
 Mais, après tout, il ne faut s'étonner de rien au vu de la vie amoureuse fantasque de l'acteur.

Marlène Pilaete