X

Zorka JANU (1921 / 1946)

Zorka Janu

icone

Zorka Janu (née à Stechovice, Tchécoslovaquie) débute à l'écran dans «Madla z cihelny» (1933), un film dont la principale protagoniste n'est autre que sa sœur, Lida Baarova, une des actrices les plus en vogue de l'époque.

Quelques années plus tard, elle se prend de passion pour l'art dramatique et se produit sur scène, tout en faisant encore quelques petites apparitions au cinéma.
 En 1939, elle tient son premier grand rôle au Septième Art dans «Ohnivé léto» (1939), à nouveau aux côtés de Lida Baarova, et devient alors une vedette du cinéma tchèque.

Bien qu'elle préfère et privilégie le théâtre, sa filmographie s'enrichit encore de «Cekanky» (1940), «Pacientka Dr. Hegla» (1940), «Baron Prasil» (1940), «Minulost Jany Kosinové» (1940), «Povdod s Rubensem» (1940), «Z ceskych mlynu» (1941) et «Kluci na rece» (1944).

Quelque mois après la Libération de son pays natal, sa soeur, qui avait été la maîtresse de Goebbels dans les années 30, est arrêtée pour collaboration.
 Le monde de Zorka Janu s'écroule.
 Toute la famille est alors inquiétée et sa mère décède d'une crise cardiaque suite à un interrogatoire de la police en octobre 1945.

Bien qu'elle n'ait rien à se reprocher, elle se voit interdire d'exercer son métier de comédienne, une décision qu'elle considère comme une cruelle injustice.
 Très affectée par tous ces événements, elle finit, en mars 1946, par se suicider en se défenestrant.

Pour cette jeune fille, qui avait souvent fait preuve d'une sensibilité exacerbée, la mort semblait sans doute la seule issue possible.

 
Marlène Pilaete