X

Fien De La MAR (1898 / 1965)

Fien de la Mar

icone

Issue d'une lignée d'artistes travaillant dans le domaine du sixième art, Fien de la Mar (née à Amsterdam, Pays-Bas) est la fille du célèbre acteur et metteur en scène Nap de la Mar et fait ses débuts sur les planches en 1915.
 L'année suivante, elle remporte son premier succès dans la revue «Hadt je me maar» et devient rapidement une grande vedette.
 Comédienne polyvalente, on peut la retrouver aussi bien artiste de cabaret qu'étoile d'opérettes ou interprète de pièces classiques, comme «Pygmalion» de Shaw en 1928 ou encore «Minna von Barnhelm» de Lessing en 1929.

De 1934 à 1940, elle est également une star de cinéma que l'on peut voir dans «De Jantjes» (1934), «Bleeke Bet» (1934), «Op stap» (1935), «De big van het regiment» (1935), «Het leven is niet zo kwaad» (1935), «Klokslag twaalf» (1936), «De spooktrein» (1939) et «Ergens in Nederland» (1940).

En mai 1942, une cérémonie proclame l'avènement de la Kultuurkamer, une institution imaginée par l'occupant allemand afin de gérer la vie culturelle des Pays-Bas.
 Son règlement imposant à tout artiste voulant exercer son métier de s'y inscrire, Fien de la Mar refuse et se retire durant quelque temps.

Le public lui étant resté fidèle, elle fait son come-back avec grand succès après la Libération. En 1947, elle ouvre son propre théâtre mais, n'ayant pas le sens des affaires, elle devra abandonner l'aventure après quelques années et le céder à de nouveaux propriétaires.

En 1957, son époux, grand amour de sa vie, décède.
 L'actrice sombre alors dans la dépression et fait une tentative de suicide.
 Des amis décident bientôt de l'aider à remonter la pente en la faisant participer à l'émission télévisée «Artiestencafé» durant la saison 1958-1959.
 Par la suite, elle travaille encore à plusieurs reprises pour le petit écran.

Elle fait aussi un retour au théâtre en 1961 avec «Een dam tegen de oceaan», d'après le roman de Marguerite Duras «Un barrage contre le Pacifique», et «Ingeborg» de Curt Goetz.

Il semble malheureusement qu'elle n'ait pas retrouvé le goût de vivre, puisqu'elle se jette par la fenêtre de son appartement en avril 1965 et meurt quelques jours plus tard des suites de ses blessures.

Aujourd'hui, le théâtre DeLaMar, qu'avait dirigé la comédienne, existe toujours et perpétue le souvenir d'une famille ayant écrit, depuis Charles (1845 / 1908), le grand-père de Fien, une page importante de l'histoire de la scène hollandaise.

Marlène Pilaete