X

Kiki PALMER (1907 / 1949)

Kiki Palmer

icone

Kiki Palmer (née à Milan, Italie) remporte son premier succès théâtral dans «Scena vuota» de Dario Niccodemi en 1932.
 Durant sa brillante carrière sur scène, au cours de laquelle elle utilisera aussi les pseudonymes de Palma Palmer et Daniela Palmer, elle est encore l'interprète de, notamment, «Maison de poupée» d'Ibsen en 1934, «La machine à écrire» de Jean Cocteau en 1945 ou encore «Blithe Spirit» de Noel Coward en 1948.

Au cinéma, elle tient la vedette de deux films : «La marcia nuziale» (1934), d'après une pièce d'Henry Bataille, et le mélodrame «La luce del mondo» (1935), énième variation sur le thème d'un enfant ne découvrant l'identité de sa vraie mère qu'après maintes péripéties.

En 1949, l'actrice se suicide.
 Il semble qu'elle ait confié être atteinte d'un profond mal de vivre à sa consoeur Nella Maria Bonora, avec qui elle jouait «Les Troyennes» d'Euripide quelque temps avant son geste fatal.
 Elle aurait notamment été très affectée par la mort de sa marraine qui, après la disparition de sa mère, lui apportait un précieux soutien humain.

Son fils adoptif, Renzo Palmer, deviendra lui aussi acteur.

Marlène Pilaete