X

Pina PELLICER (1934 / 1964)

Pina Pellicer

icone

Pina Pellicer (née à Mexico, Mexique) se fait remarquer sur scène en 1957 dans «Un hogar solido» d'Elena Garro.
 L'année suivante, elle est, avec grand succès, l'héroïne de la pièce «Le journal d'Anne Frank» et est alors engagée pour être la partenaire de Marlon Brando dans la production hollywoodienne «One-Eyed Jacks», dont le tournage commence en décembre 1958.

Mais ce western, unique expérience de Brando en tant que réalisateur, connaît une gestation longue et difficile, ce qui fait qu'on découvre pour la première fois la jeune fille à l'écran dans le film mexicain «Macario», distribué en 1960 et qui prouve qu'on doit désormais compter avec cette nouvelle vedette prometteuse,  au talent si évident.

En 1961, on assiste enfin à la sortie de «One Eyed-Jacks», qui lui permet de remporter le prix de la meilleure actrice au festival de San Sebastian.
 A cette occasion, elle accepte l'offre de Rafael Gil d'être la protagoniste, en Espagne, de «Rogelia» (1962).

De retour dans son pays natal, elle est l'interprète de «Dias de otono» (1963).
 Elle travaille aussi pour les télévisions mexicaine et américaine.
 Aux U.S.A., elle apparaît ainsi dans un épisode de «The Fugitive» en 1963 et dans «The Life Work of Juan Diaz» (1964), issu de la série «The Alfred Hitchcock Hour».

Cette comédienne, sujette à la mélancolie et à l'âme tourmentée, se suicide en décembre 1964, par overdose de somnifères.
 «El pecador» (1965), qui marque sa dernière apparition au Septième Art, est présenté au public en 1965, quelques mois après sa disparition.

Marlène Pilaete