X

Fabienne FABREGES (1889 / ?)

Fabienne Fabreges

icone

Vedette du cinéma français dès le début des années 10, Fabienne Fabrèges (née à Paris, France) tourne alors principalement sous la direction de Léonce Perret et Louis Feuillade.
 Parmi ses films, on peut citer, notamment, «Mam'zelle Figaro» (1910), «L'amour guette» (1910), «Mimosa, la dernière grisette» (1910), «Tu t'en iras jeunesse» (1911), «La marche des rois» (1913), «Manon de Montmartre» (1914), «Mort au champ d'honneur» (1914), «Françaises, veillez !» (1915), «Une page de gloire» (1915), «L'angélus de la victoire» (1916), «La fiancée du diable» (1916),…

Dans la seconde moitié de la décennie, elle part en Italie, où elle poursuit son parcours d'étoile en étant l'interprète de, entre autres, «Spasimi» (1916), «Nozze bianche» (1917), «L'ultimo canto» (1917), «Il romanzo di Fabienne» (1917), «Wanda Warenine» (1917), «Uragano» (1918), «Supremo olocausto» (1918), «Il cuore di Musette» (1919), «La principessa nera» (1920),…

En 1919, elle tient en outre le rôle principal de «L'altalena della vita», dont elle est aussi la réalisatrice et la scénariste.

En 1921, elle est la partenaire de Stewart Rome dans la production britannique «The Penniless Millionaire».

Après un dernier film italien, «L'ignota» (1923), elle disparaît des écrans. Selon certaines sources, elle aurait, à cette époque, épousé un aristocrate gênois.

Quoi qu'il en soit, on retrouve, au milieu des années 20, trace de sa présence en Angleterre, où elle joue notamment sur scène à Londres «Le sexe fort» de Tristan Bernard en février 1926.

Marlène Pilaete