X

Marioara VOICULESCU (1884 ? 1889 ? / 1976)

Marioara Voiculescu

icone

Après avoir été remarquée alors qu'elle étudie l'art dramatique au Conservatoire, Marioara Voiculescu (née à Bucarest, Roumanie) est engagée au Théâtre National en 1901 et y fait ses débuts officiels en 1904.
 Rapidement, elle se hisse au premier plan et est sans doute, dans son pays natal, la plus célèbre actrice de théâtre de sa génération.

Au cours d'un brillant parcours sur scène d'une quarantaine d'années, elle est l'interprète de, entre autres, «Roméo et Juliette» et «Hamlet» de Shakespeare, «Carmosine» d'Alfred de Musset, «Salomé» et «Un mari idéal» d'Oscar Wilde, «Poliche» d'Henry Bataille, «La dame aux camélias» de Dumas fils, «Peer Gynt» et «Les revenants» d'Ibsen, «Penthésilée» d'Heinrich von Kleist, «Le voleur» et «Judith» d'Henri Bersnstein, «Lucrèce Borgia» de Victor Hugo, «Oedipe roi» de Sophocle, «Sapho» d'Alphonse Daudet, «Mademoiselle» de Jacques Duval, «Le deuil sied à Electre» d'Eugene O'Neill ou encore «La machine à écrire» de Jean Cocteau. Durant sa carrière, elle enseigne en outre l'art dramatique de 1934 à 1948.

L'actrice est également une pionnière du Septième Art roumain. En effet, le producteur Léon Popescu a l'idée de signer en 1913 un contrat avec la compagnie théâtrale qu'elle a créée en 1912.
 Marioara Voiculescu est alors la vedette et la réalisatrice d'«Amorurile unei printese», une adaptation de la pièce «Fedora» de Victorien Sardou. La première de ce film a lieu le 11 juin 1913, en présence du gratin artistique roumain de l'époque.

On peut la voir ensuite dans «Razbunarea» (1913), réalisé par Haralamb Lecca. La même année, elle met en scène, en collaboration avec Constantin Radovici, plusieurs films dont elle est l'interprète principale.

Mais un conflit éclate bientôt entre Popescu et la compagnie de Marioara Voiculescu.
 Les problèmes juridiques qui en découlent font que ces productions seront distribuées au compte-goutte durant une période de trois ans. «Spionul» sort ainsi en septembre 1914, «Detectivul» et «Viorica» en 1915 et «Dragoste de marinar» en juin 1916.

La comédienne ne fera plus jamais de cinéma par la suite.
 Elle fait sa dernière apparition sur les planches durant la saison 1947-1948 dans «Le dîner de famille» de Jean Bernard-Luc.
 En effet, en décembre 1947, la Roumanie devient, officiellement, un état communiste. Mariora Voiculescu, n'ayant aucune affinité avec cette idéologie et désirant préserver son intégrité artistique, s'efface.
 Cela n'empêchera toutefois pas le gouvernement de lui décerner le titre d'«Artiste émérite de la République populaire de Roumanie» en 1953.

Marlène Pilaete