X

Conchita BAUTISTA (1936)

 

Conchita Bautista

icone

Conchita Bautista (née à Séville, Espagne) enregistre son premier disque en 1952.
 Jusqu'au début des années 80, cette populaire vedette est très active et, parmi ses chansons, on peut citer, entre autres, «Con luz de nardo», «Nardo y luna», «Madre anunciacion», «Jugando con mi corazon», «Muneca de sera», «El pantalon», «Sera el amor», «Amor latino», «El rey», «Esperaras» ou encore «Cara a cara».

Lorsque l'Espagne participe pour la première fois au concours Eurovision de la chanson en 1961, c'est elle qui est choisie pour représenter son pays natal avec le titre «Estando contigo», qui termine à la neuvième place.
 Elle renouvelle l'expérience en 1965 en interprétant «Qué bueno, qué bueno», mais avec beaucoup moins de chance puisque, à l'instar des candidats belges, allemands et finlandais de cette année-là, elle n'obtient aucun point.

Au grand écran, elle incarne plusieurs personnages secondaires dans les années 50.
 Elle est d'avantage à l'avant-plan au début des années 60 avec les films «La rana verde» (1960), «Los claveles» (1960), «Feria en Sevilla» (1962) et «Escuela de seductores» (1962).

Il faut ensuite attendre «A mi las mujeres ni fu ni fa» (1971), dans lequel elle a pour partenaire le célèbre chanteur Peret, pour qu'on la retrouve au Septième Art dans un rôle important.

C'est par ailleurs sa dernière prestation d'actrice pour le cinéma.

Marlène Pilaete