X

Rocio JURADO (1944 ? 1946 ? / 2006)

Rocio Jurado

icone

Rocio Jurado (née à Chipiona, Espagne) participe, à la fin des années 50, à des concours de chant à la radio.
 En 1962, elle enregistre son premier disque et ne tarde pas à trouver sa place parmi les vedettes de la chanson de son pays natal.

Sa renommée ne cessant de croître, elle finira par gagner le surnom de "La plus grande".
 Parmi les titres qu'elle interprète durant sa brillante carrière, on peut citer, entre autres, «Tengo miedo», «Cuchillo y espada», «Amor marinero», «Si amanece», «Senora», «Como una ola» ou encore «Paloma brava».

En 1994, on lui élève une statue dans sa ville natale, où on trouve également une avenue à son nom.

Rocio Jurado travaille aussi à quelques reprises pour le Septième Art.
 Elle débute à l'écran en étant la partenaire du populaire chanteur Manolo Escobar dans «Los guerilleros» (1963).
 Par la suite, elle est la star de «Proceso a una estrella» (1966), «Una chica casi decente» (1971), «La querida» (1976) et «La Lola se va a los puertos» (1993).

Elle est en outre invitée à interpréter un numéro musical dans «En Andalucia nacio el amor» (1966) et son image stylisée, en robe blanche à volants, est choisie pour figurer en bonne place sur l'affiche du film.
 On notera qu'un autre natif célèbre d'Andalousie, le toréador El Cordobès, apparaît aussi dans cette production.

Pour le réalisateur Carlos Saura, elle participe à la bande originale de «El amor brujo» (1986) et fait partie du défilé d'illustres artistes de flamenco mis à l'honneur dans «Sevillanas» (1992).

Pour l'anecdote, rappelons que Rocio Jurado se voit décerner le titre de "Lady Espana" en 1967 et que, en août de la même année, elle termine deuxième au concours de "Lady Europa", derrière la candidate italienne et devant la Française Edwige Fenech, qui deviendra une des reines du cinéma sexy des années 70.

Marlène Pilaete