X

Mary JOHNSON (1896 / 1975)

Mary Johnson

icone

Mary Johnson (née à Fors ou à Eskilstuna, Suède) débute sur les planches au début des années 10 et fait une première et très courte apparition au cinéma dans «Mannekängen» (1913).
 En 1915, elle remporte son premier grand succès au théâtre grâce à la pièce «Dunungen» de la célèbre Selma Lagerlöf.

Dès 1916, elle est de retour à l'écran, cette fois en vedette, et on peut alors la voir dans, entre autres, «Nattens barn» (1916), «Revelj» (1917), «Förstadsprästen» (1917), «Fyrvaktarens datter» (1918), «Storstadsfaror» (1918), «Familjens traditioner» (1920), «En lyckoriddare» (1921),…

Sans doute «Herr Arnes pengar» (1919) et «Gunnar Hedes saga» (1923), tous deux réalisés par Mauritz Stiller s'après des œuvres de Selma Lägerlof, sont-ils les deux titres les plus connus de sa période suédoise.

Elle poursuit ensuite sa carrière d'étoile en Allemagne où elle est l'interprète de, notamment, «Die Stimme des Herzens» (1924), «Das Fraülein vom Amt» (1925), «Das Haus der Lüge» (1926), «Artisten» (1927), «Manege » (1928) ou encore «Geschlecht in Fesseln» (1928).

Après un petit rôle dans un unique film parlant en 1931, elle se retire et, l'année suivante, épouse en troisièmes noces l'acteur allemand Rudolf Klein-Rogge.
 En 1943, la douleur causée par le décès d'un de ses enfants ébranle sa santé mentale.
 Après être devenue veuve en 1955, elle retourne en Suède sans jamais, semble-t-il, retrouver tout son équilibre psychologique.

Marlène Pilaete