X

Theda BARA (1885 / 1955)

Theda Bara

icone

Après avoir fait de la figuration dans un film en 1914, Theda Bara (née à Cincinatti, U.S.A.) est la vedette de «A Fool There Was» (1915) qui fait sensation et qui la transforme en star.

Elle devient le premier véritable sex-symbol de l'histoire du cinéma.

Les agents de publicité de sa firme s'en donnent alors à coeur joie, bâtissant autour de leur nouvelle étoile (dont le pseudonyme est l'anagramme de "Arab Death/Mort arabe") d'incroyables histoires et lui inventant des origines exotiques.

Vamp numéro 1 de la seconde moitié des années 10, elle est notamment l'interprète de «The Clemenceau Case» (1915), «The Devil's Daughter» (1915), «Carmen» (1915), «Destruction» (1915), «The Serpent» (1916), «Gold and the Woman» (1916), «The Vixen» (1916), «The Tiger Woman» (1917), «Camille» (1917), «Cleopatra» (1917), «Madame Du Barry» (1917), «The Forbidden Past» (1918), «Salome» (1918), «When a Woman Sins» (1918),…

En 1919, les spectateurs commencent à se lasser des personnages qu'elle incarne. Elle tente alors d'interpréter une héroïne virginale dans «Kathleen Mavourneen» (1919) qui est un échec total.

Après deux autres films, elle disparaît des écrans.

Elle fait son retour sans grand succès dans deux productions en 1925 et 1926.

Elle mène ensuite une vie paisible et bien à l'abri du besoin aux côtés de son époux, le réalisateur Charles Brabin.

Marlène Pilaete