X

Imperio ARGENTINA (1906 ? 1910 ? / 2003)

Imperio Argentina

icone

Déjà connue comme danseuse et chanteuse, Imperio Argentina (née à Buenos Aires, Argentine) débute à l'écran en Espagne, pays d'origine de ses parents, dans «La Hermana San Sulpicio» (1927) qui en fait une star de cinéma.

Elle est ensuite l'interprète de «Corazones sin rumbo/Herzen ohne ziel» (1928), une co-production germano-espagnole, et de «Los claveles de la Virgen» (1929).

Elle passe le cap du parlant sans problème et est alors la vedette de, entre autres, «El Profesor de mi mujer» (1930), «Su noche de bodas» (1931), «Melodia de arrabal» (1932), «Nobleza baturra» (1935), «Morena Clara» (1936), «Goyescas» (1942), «Bambu» (1944), «La Cigarra» (1948),…
 Elle est aussi, en 1934, la protagoniste du remake de «La Hermana San Sulpicio».

Elle tourne en outre «Tosca» (1941) en Italie, «La maja de los cantares» (1946), «La copla de la Dolores» (1947) et «Cafe Cantante» (1951) en Argentine ainsi que les co-productions hispano-allemandes «Carmen, la de Triana/Andalusische nächte» (1938) et «La cancion de Aixa/Hinter haremsgittern» (1939) en Allemagne.
 Après 1951, elle n'apparaît plus que dans quelques films parmi lesquels «Tata mia» (1986).

Grâce à des titres comme «Bien se ve», «Falsa moneda», «El dia que naci yo», «Rocio» ou encore «Los ejes de mi carreta», Imperio Argentina s'impose également comme une des figures légendaires de la chanson espagnole.

 Ce statut lui vaut d'ailleurs d'être choisie pour être une des protagonistes du spectacle «Azabache», joué à l'Exposition universelle de Séville en 1992.
Marlène Pilaete