X

Leni RIEFENSTAHL (1902 / 2003)

Leni Riefenstahl

icone

Bien que certaines sources mentionnent sa participation à «Wege zu Kraft und Schönheit» (1925), Leni Riefenstahl (née à Berlin, Allemagne) débute officiellement à l'écran dans «Der Heilige Berg « (1926) d'Arnold Fanck, qui en fait une star du cinéma allemand.
 Sous la direction du même réalisateur, elle tourne encore «Der Grosse Sprung» (1927), «Stürme über dem Mont-Blanc» (1930) et «Der Weisse Rauch» (1931). Elle est également en tête d'affiche de «Die Weisse Hölle vom Piz Palü» (1929), le film qu'il co-réalise avec G.W.Pabst et de «S.O.S. Eisberg» (1933), la co-production germano-américaine qu'il met en scène avec Tay Garnett.
 Elle incarne en outre Marie Vetsera dans «Das Schicksal Derer von Habsburg» (1928) de R.Raffé.

Elle se lance dans la réalisation avec «Das Blaue Licht» (1932) dont elle est aussi l'interprète principale et qui remporte un grand succès.
 Elle se tourne ensuite vers le documentaire avec «Sieg Des Glaubens» (1933) sur le congrès de 1933 du parti nazi.
 Suivent «Triumph des Willens» (1934), traitant cette fois du congrès du parti de 1934, «Tag Der Freiheit» (1935), un court-métrage sur la Wehrmacht et «Olympia» (1938), consacré aux Jeux Olympiques de Berlin de 1936.

Elle revient par après à la fiction en entamant le tournage en 1940 de «Tiefland», dont elle tient également le rôle féminin principal et qui, après maintes péripéties, ne sortira qu'en 1954.

Jouissant d'une réputation de propagandiste pro-hitlérienne, elle connaît des années d'après-guerre plutôt mouvementées. Les tribunaux de dénazification finissent par la ranger dans la catégorie des sympathisants du parti, tout en reconnaissant qu'elle n'en a jamais été membre et ordonnent que ses biens confisqués lui soient rendus.
 Mais cela n'efface pas son passé et elle restera un éternel sujet de controverse.

Voyant tous ses projets cinématographiques avorter, elle se lance avec succès dans les années 60 dans la photographie. Elle s'intéresse d'abord aux peuplades africaines Nouba et, plus tard, aux prises de vue des fonds sous-marins.

L'année de son centenaire, sort son documentaire sur le monde sub-aquatique, «Impressionen Unter Wasser».

Marlène Pilaete