X

Gracie FIELDS (1898 / 1979)

Gracie Fields

icone

Grande vedette de music-hall, Gracie Fields (née à Rochdale, Grande Bretagne) débute à l'écran dans «Sally in Your Alley» (1931) qui en fait aussitôt une star du cinéma anglais.
 Elle est ensuite la vedette de «Looking on the Bright Side» (1932), «This Week of Grace» (1933), «Love, Life and Laughters» (1934), «Sing As We Go» (1934), «Lock Up and Laugh» (1935), «Queen of Hearts» (1936) et «The Show Must Go On» (1937).

A l'apogée de sa carrière, elle a la réputation d'être l'actrice la mieux payée du monde. Sa popularité est telle qu'un jour, une séance du parlement britannique est ajournée afin de permettre à ses membres de l'écouter dans une émission de radio.

Suite à un contrat très lucratif signé avec la firme hollywoodienne Twentieth Century Fox, elle tourne, toujours dans son pays natal, trois coproductions anglo-américaines, «We're Going to Be Rich» (1938), «Keep Smiling» (1938) et «Shipyard Sally» (1939).

Durant le second conflit mondial, elle vit aux U.S.A. Elle décide en effet de suivre son époux de l'époque, l'acteur et réalisateur Monty Banks, déclaré soudainement indésirable sur le sol britannique à cause de ses origines italiennes.
 Elle participe alors à l'effort de guerre en faisant des tournées à travers le monde.
 Au cinéma, elle est la partenaire de Monty Woolley dans «Holy Matrimony» (1943) et «Molly and Me» (1945). Elle fait également une apparition dans «Stage Door Canteen» et met un point final à sa filmographie avec «Paris Underground» (1945).

Dans la seconde moitié des années 40, elle regagne, par son talent, son enthousiasme et ses chansons, l'affection de ses fans anglais qui avaient cru à une trahison lors de son exil aux Etats-Unis.

Dès le début des années 50, elle entre dans une période de semi-retraite qu'elle passe sur l'île de Capri où elle possède une propriété.

En 1979, peu avant sa mort, elle est élevée au rang de "Dame of the British Empire".

Marlène Pilaete