X

Katharine HEPBURN (1907 / 2003)

Katharine Hepburn

icone

Après s'être révélée au théâtre (auquel elle reviendra plus tard de temps à autre), Katharine Hepburn (née à Hartford, U.S.A.) débute à l'écran dans «A Bill of Divorcement» (1932) dans lequel elle fait sensation et qui en fait une star.
 Son troisième film, «Morning Glory» (1933) lui rapporte l'Oscar de la meilleure actrice et son quatrième, «Little Women» (1933) lui vaut les éloges du public et des critiques.

Cet état de grâce ne dure pas et, durant quelques années, sa carrière est ternie par plusieurs échecs commerciaux, que ne peuvent effacer quelques épisodiques succès.

A cette époque, elle est l'interprète, avec des bonheurs divers, de, entre autres, «The Little Minister» (1934), «Alice Adams» (1935), «Sylvia Scarlett» (1935), «Quality Street» (1937), «Stage Door» (1937), «Bringing Up Baby» (1938),…
 En 1938, elle est cataloguée «Poison du box-office».

En 1940, elle réussit à revenir au premier plan grâce à «The Philadelphia Story».
 Par la suite, elle est notamment l'interprète de neuf films avec Spencer Tracy, avec qui elle est intimement liée : «Woman of the Year» (1942), «Keeper of the Flame» (1942), «Without Love» (1945), «The Sea of Grass» (1947), «State of the Union» (1948), «Adam's Rib» (1949), «Pat and Mike» (1952), «Desk Set» (1957) et «Guess Who's Coming to Dinner» (1967), qui lui permet de remporter un nouvel Oscar.

Sans son partenaire, on peut la voir dans, entre autres, «Undercurrent» (1946), «The African Queen» (1951), «Summertime» (1955), «The Rainmaker» (1956), «Suddenly Last Summer» (1959), «Long Day's Journey Into Night» (1962), etc.

On lui décerne à nouveau l'Oscar de la meilleure interprétation pour «The Lion in Winter» (1968) et «On Golden Pond» (1981), ce qui en fait la recordwoman dans cette catégorie.

Sa filmographie s'achève avec «Love Affair» (1994).

Marlène Pilaete