X

Leda GYS (1892 / 1957)

Leda Gys

icone

Leda Gys (née à Rome, Italie) débute à l'écran en 1913 et ne tarde pas à devenir une star du cinéma italien.

Son talent lui permettant de passer du drame à la comédie avec un égal bonheur lui donne l'opportunité de mener harmonieusement sa carrière et de rester une des favorites du public jusqu'à la fin des années 20.

Elle est l'interprète de, entre autres, «La tutela» (1913), «Rose e spine» (1914), «Il piccolo cerinaio» (1914), «Leda innamorata» (1915), «Christus» (1916), dans lequel elle incarne la Vierge Marie, «Fernanda» (1917), «La bohème» (1917), «Una peccatrice» (1918), «Friquet» (1919), «Scrollina» (1920), «I figli di nessuno» (1921), «La trappola» (1922), «Santarellina» (1923), «Vedi Naoule e po' mori» (1924), «La fanciulla di Pompei» (1925), «Napoli è una canzone» (1927), «La madonnina dei mariani» (1928),…

Elle est en outre en 1916 la vedette de trois co-productions hispano-italiennes, «Como aquel dia/Come in quel giorno», «Flor de otono/Fiore d'autunno» et «Quien me hara 'olvidar sin morir ?/Chi mi dara l'oblio senza la morte ?».

Elle tourne également «L'esclave» (1922) en France, aux côtés de Charles Boyer.

Elle se retire après «La signorina Chicchiricchi» (1929) et ne tente pas l'expérience du parlant.

En 1932, elle épouse enfin le producteur Gustavo Lombardo, avec qui elle était liée depuis de longues années et dont elle avait eu en 1920 un fils, Goffredo, qui suivra plus tard avec succès les traces paternelles.

Marlène Pilaete