X

Marika RÖKK (1913 / 2004)

Marika Rökk

icone

Marika Rökk (née au Caire, Egypte, de parents hongrois) passe son enfance à Budapest.

Dès le milieu des années 20, elle commence à se faire connaître comme danseuse.r> Elle apparaît dans deux films anglais en 1930 et deux films hongrois en 1932 et 1933.r> En 1935, elle tourne son premier film allemand, «Leichte Kavallerie» qui en fait une star, spécialisée principalement dans les comédies musicales.

Elle s'impose rapidement comme une des actrices les plus populaires de l'industrie cinématographique du Troisième Reich et est la vedette de, entre autres, «Der Bettelstudent» (1936), «Gasparone» (1937), «Eine Nacht im Mai» (1938), «Hallo Janine» (1939), «Kora Terry» (1940), «Frauen sind doch bessere Diplomaten» (1941), «Hab mich lieb» (1942), «Die Frau meiner Traüme» (1944),…

Après l'effondrement du régime hitlérien, elle est absente des écrans durant quelque temps.

Elle fait son retour en 1948 et, toujours pleine d'énergie, est l'interprète jusqu'en 1962 de plusieurs films allemands ou autrichiens, parmi lesquels «Fregola» (1948), «Kind der Donau» (1950), «Sensation in San Remo» (1951), «Die geschiedene Frau» (1953), «Nachts im grünen Kakadu» (1957), «Bühne frei für Marika» (1958), «Mein Mann, das Wirtschaftswunder» (1960), «Hochzeitsnacht im Paradies» (1962),…

Durant sa carrière, elle est dirigée à de nombreuses reprises par > Georg Jacoby, son époux de 1940 à 1964.

Elle revient une dernière fois au cinéma dans «Schloss Königswald» (1987).

Marlène Pilaete