X

Olga BACLANOVA (1896 / 1994)

Olga Baclanova

icone

Parallèlement à une carrière théâtrale bien remplie, Olga Baclanova (née à Moscou, Russie) est également l'interprète de plusieurs films dans son pays natal.

Parmi ceux-ci, on peut citer, notamment, «Simfonia lyubvi i smerti» (1914), «Velikjj Magaraz» (1915), «Zagrobnaja skitalica» (1915), «Trety pol» (1916), «Tot, kto polucaet posceciny» (1916), «Cvety zaposdalye» (1917) ou encore «Khleb» (1918).

En 1926, à la suite d'une tournée aux États-Unis, elle décide de s'installer dans ce pays et d'y continuer son parcours professionnel.

En 1927, elle tourne son premier film hollywoodien, «The Dove» (1927), dont Norma Talmadge est la protagoniste.

Elle s'impose l'année suivante dans le monde des vedettes du cinéma américain grâce à, entre autres, «The Man Who Laughs», «The Street of Sin», «Forgotten Faces», «The Docks of New York» et «Avalanche».

En 1929, on la voit dans «The Wolf of Wall Street», «A Dangerous Woman» et «The Man I Love».
 Par la suite, sa carrière piétine.
 L'image de vamp assez caricaturale qu'Hollywood lui a façonnée la dessert et apparaît plutôt anachronique.
 Elle tient alors des seconds rôles dans «Cheer Up and Smile» (1930), «Are you There ?» (1930) et «The Great Lover» (1931).

On lui offre ensuite d'incarner la cupide trapéziste de «Freaks» (1932) de Tod Browning. Cela restera sa plus mémorable prestation.

Elle passe par après à nouveau au second plan dans «Downstairs» (1932) et «The Billion Dollar Scandal» (1933) et décide de se consacrer dès lors à la scène.
 On ne la revoit à l'écran que dans quelques courts-métrages en 1935 et 1936 et dans «Claudia» (1943).

Marlène Pilaete