X

Evelyn BRENT (1894 ? 1899 ? / 1975)

Evelyn Brent

icone

Evelyn Brent (née à Tampa, U.S.A.) débute à l'écran en 1914 mais n'arrive pas à s'imposer durant les années qui suivent.

Après un succès théâtral à Londres en 1920, elle devient une vedette du cinéma anglais et est notamment l'interprète de «The Shuttle of Life» (1920), «Sonia» (1921), «Sybil» (1921), «Pages of Life» (1922), «Married to a Mormon» (1922),…

Elle retourne ensuite aux U.S.A. et reprend sa carrière cinématographique américaine avec «Held to Answer» (1923) pour la Metro et « Loving lies» (1924) pour la Associated Authors.

Après plusieurs films pour la Fox, elle devient, dès la fin de 1924, une des principales étoiles des studios F.B.O., pour qui elle tourne, entre autres, «Silk Stocking Sal» (1924), «Midnight Molly» (1925), «Lady Robinhood» (1925), «Flame of the Argentine» (1926), «Smooth as Satin» (1926), «Queen o' Diamonds» (1926),…

Elle signe ensuite en 1926 avec la plus prestigieuse Paramount et prend ainsi sa place parmi leurs stars.
 On la voit alors dans, notamment, «Love'em and Leave'em» (1926), «Blind Alleys» (1927), «His Tiger Lady» (1928), «Beau Sabreur» (1928), « The Showdown» (1928),…

Elle est en outre dirigée par Josef von Sternberg dans «Underworld» (1927), «The Last Command» (1928) et «The Dragnet» (1928).

Elle se montre bien adaptée au parlant dans des films comme «Interference» (1929), ou encore «Fast Company» (1929) mais, en 1930, son contrat avec la Paramount n'est pas renouvelé.

Elle tient encore quelques rôles principaux dans, par exemple, «Framed» (1930), «Madonna of the Streets» (1930) ou «The Pagan Lady» (1931) mais sa carrière décline.
 Elle continue néanmoins à tourner jusqu'en 1950.

Marlène Pilaete