X

Ludmilla TCHERINA (1924 / 2004)

Ludmilla Tcherina

icone

Danseuse étoile réputée, Ludmilla Tchérina (née à Paris, France) devient également une vedette de cinéma dès 1946.

Dans son pays natal, elle tourne «Un revenant» (1946), «Fandango» (1948), «La belle que voilà» (1949), «La nuit s'achève» (1950), «Clara de Montargis» (1951) et «Grand Gala» (1953) ainsi que deux court-métrages de danse, «A la mémoire d'un héros» (1951) et «Mephisto Valse» (1951).

En Grande-Bretagne, elle travaille avec Michael Powell et Emeric Pressburger pour «The Red Shoes» (1948), «The Tales of Hoffmann» (1951) et «Oh Rosalinda» (1955).

En Italie, elle est la vedette de «Spartaco» (1952) et de «La figlia di Mata Hari» (1954) pour lequel, selon les articles de l'époque, ses pieds sont assurés pour la somme de 50 millions de lires.

Elle est en outre l'interprète d'un film espagnol, «Parsifal» (1950) et d'un film américain, «Sign of the Pagan» (1954).

Après 1955, son activité cinématographique est très réduite.
 Elle retrouve Michael Powell pour la production espagnole «Luna de miel» (1959).
 On la voit ensuite dans «Les Amants de Teruel» (1961) de Raymond Rouleau et elle tient un second rôle dans «Une ravissante idiote» (1964), qui clôt sa filmographie.

La télévision, la scène, la peinture, la sculpture et la littérature permettent par après à cette artiste polyvalente de continuer à faire profiter le public de ses dons.

Marlène Pilaete