La collectionneuse

Galerie N° 16 : La galerie d'Yvan Foucart

Yvan Foucart, auteur du "Dictionnaire des comédiens français disparus" et éminent collaborateur du site L'Encinémathèque, a puisé dans ses souvenirs pour me livrer les noms de douze actrices qui l'ont particulièrement touché.

Figurent ainsi dans cette liste Anouk Aimée, Lauren Bacall, Suzy Delair, Joanne Dru, Audrey Hepburn, Betty Hutton, Maria Montez, Lilli Palmer, Marisa Pavan, Giselle Pascal, Dany Robin et Romy Schneider.

Il ne me restait plus qu'à choisir dans ma collection quelques cartes postales anciennes afin d'illustrer ses choix et de rédiger une mini-biographie de chacune de ces vedettes.

Je vous invite à découvrir le résultat, comme d'habitude magnifiquement mis en scène par notre webmaître.

Marlène Pilaete, février 2005

Sous_titre…

Maria MONTEZ

… incandescente Antinéa, dont la beauté exotique et "technicolorisée" fut la toute première responsable de mes émois d'adolescent. Ce grand amour issu d'une pellicule d'acétocellulose de 35 millimètres peuplait mes rêves et me fit vouer à Jon Hall, son partenaire attitré, une jalousie aussi démesurée qu'inutile. Qui aurait pu me prédire, que bien des années plus tard à l'invitation de ses nouveaux propriétaires, j'aurai l'occasion de visiter, évidemment ému, la maison qu'elle occupait à l'époque, Tower Road, à Beverly Hills ?

Marisa PAVAN

… Ma douce et lumineuse amie, qui succéda dans le cœur de Jean-Pierre Aumont à qui me liait une fidèle et attentive amitié vieille de… ? Je ne sais plus, comme c'est loin. Marisa, récompensée par un Golden Globe, c'est l'actrice qui aurait pu avoir une carrière bien plus dense. Mais Marisa, c'est aussi la femme de cœur, d'une totale sincérité, engagée dans la présidence de l'association Urma qu'elle a créée pour venir en aide à la recherche sur la maladie d'Alzheimer.

Lauren BACALL

… C'est une démarche, un timbre de voix, une classe, une sensibilité. Une beauté aristocratique, glacée pour certains, mais qui s'accorda tellement bien aux inclinations de l'homme à l'éternel imperméable.
Dur au cœur tendre, celui-ci, on s'en souvient, lui offrit en guise de cadeau de fiançailles… un sifflet en or accompagné d'un simple mot résumant tout : "Si tu désires quelque chose, tu n'as qu'à m'appeler !"

Joanne DRU

… Il émane d'elle une beauté indéfinissable et une distinction racée, celles que les producers ont exploitées dans maints westerns, quelques-uns bons, notamment ceux auprès du grand Duke, mais ces mêmes producers auraient été nettement mieux inspirés de valoriser davantage son potentiel dramatique.

Audrey HEPBURN

… L'irrésistible et délicieuse Sabrina. Quelle merveilleuse actrice et quelle femme sublime, car n'oublions pas qu'il y a également ses engagements courageux au sein de l'Unicef. Au petit cimetière, sur la tombe bien modeste de la dame de Tolochonaz, il y a toujours quelques fleurs déposées par des anonymes. Elles sont posées là pour nous rappeler qu'Audrey fut l'une des plus éclatantes que nous ayons connues.

Lilli PALMER

… Un bon petit soldat, telle qu'elle aimait se définir. De surcroît, une femme extrêmement intelligente. Digne face aux multiples épreuves de sa vie et ce, jusqu'à la dernière, face au cancer. Elle avait finit par connaître le bonheur à 44 ans en épousant Carlos Thompson, un acteur argentin fou d'elle qui, épuisé par quatre années de chagrin et de deuil, finit par se suicider

Betty HUTTON

… (Vous ai-je parlé de mes goûts composites ?). Elle ne fut pas uniquement la blonde incendiaire fabriquée selon les canons de la Paramount. Il y aussi l'abattage, le dynamisme qui ne permettent pas à n'importe qui de remplacer au pied levé une Judy Garland nerveusement épuisée, défaillante à la cause d'Annie get your gun. Abattage, dynamisme, oui, mais il doit aussi y avoir autre chose… cette évidence que l'on appelle tout simplement le talent.

Giselle PASCAL

… la petite chocolatière qui fit tourner la tête de Claude Dauphin. Elle ne fut pas la seule à tourner, plus sérieusement même, il y eut celle d'un beau prince d'un petit état sorti d'une opérette digne de Francis Lopez, celle du grand Coop le cow-boy venu des Amériques, et puis il y a eut la nôtre, car nous aussi nous aurions aimé faire de Giselle notre petite fiancée attitrée. C'était une époque heureuse et je ne sais pourquoi elle me la rappelle constamment.

Suzy DELAIR

… Avec son franc-parler, une femme de conviction, entière, exigeante. Elle ne tourne plus car les enchanteurs sont tous partis. Henri-Georges évidemment, Jeanson, Grémillon, Clément, Jouvet, Fresnay et les autres, les responsables de ces films qui réveillent en nous les nostalgies du noir et blanc.

Nous nous souvenons de vous, Madame Delair, de Jenny Lamour avec "son tra la la, son petit tra la la" qui n'aurait pas été suffisant sans votre grand talent.

Dany ROBIN

… Ma petite Dany, tu étais vive, primesautière… avec une bouche ravissante à ne réciter que du Musset. La dernière fois que je t'ai rencontrée c'était dans ce ciné-club de la région parisienne qui te rendait hommage. Enjouée, tu m'assurais aimer la vie, aimer le cinéma,… aimer les Belges (!). Heureuse, tu allais t'envoler vers Cuba afin d'y tourner une production pour TF1. Treize jours plus tard, il y a cette fatalité, ce drame, ce court-circuit qui ravage ton appartement…Pauvre petite Dany, les Belges ne t'ont pas oubliée.

Romy SCHNEIDER

… L'Impératrice !… Celle de Visconti, bien sûr. Tout a été dit sur elle. Que puis-je ajouter de plus ? Qu'elle nous a quitté bien trop tôt, victime de ses détresses ? Quel euphémisme.

Toutefois, une question : connaissez-vous plus ravissante, plus troublante ondine que celle fendant l'eau de «La Piscine» du regretté Jacques Deray ?

Anouk AIMEE

… Cha ba da ba da. Deauville en hiver, ses planches, la plage, le cri revêche des mouettes tourbillonnantes… Et dans cette atmosphère romantique, déjà nostalgique, une voix douce, presque apeurée, des cheveux indociles qu'elle relève, un pincement aux lèvres, des yeux marrons qui vous chamboulent les pulsions cardiaques. Comment lui résister ? Impossible. Pour Anouk, je vous dois un aveu : c'est ma préférée.

Cliquez sur les portraits / Click pictures

Ed.7.2.3 : 28-8-2016