X

Carole LOMBARD (1908 / 1942)

Carole Lombard

icone

Carole Lombard (née à Fort Wayne, U.S.A.) débute à l'écran en tenant un petit rôle dans «A Perfect Crime» (1921).

Après être retournée à l'école, elle retrouve le monde du cinéma en 1924 et figure au générique de quelques productions, parmi lesquelles «Marriage in Transit» (1925).

En 1926, elle est victime d'un grave accident de la route. Après avoir passé quelque temps hors des plateaux de tournage afin de se soigner, elle recommence à tourner. La cicatrice qu'elle gardera sur le visage sera désormais soigneusement camouflée par les maquilleurs, les retoucheurs et les directeurs de la photographie.

Dans les dernières années du muet, on la voit notamment dans plusieurs courts métrages de Mack Sennett, parmi lesquels «The Girl from Everywhere» (1927), «The Swim Princess» (1928), «The Campus Vamp» (1928), «Matchmaking Mamas» (1929),…

Son passage au parlant se fait en douceur et, en 1931, elle devient une vedette.
 Elle est alors l'interprète de, entre autres, «Up Pops the Devil» (1931), «I Take This Woman» (1931), «No One Man» (1932), «Sinners in the Sun» (1932), «No Man of Her Own» (1933),… Mais les films qu'elle tourne ne lui permettent toutefois pas de déployer toutes ses ressources et c'est surtout sa beauté et son élégance qui attirent l'attention.

Enfin, en 1934, son interprétation pleine d'esprit dans «Twentieth Century» révèle tout son potentiel et augmente son prestige de star. Elle devient dès lors principalement une reine de la comédie, comme le prouvent, notamment, «Hands Across the Table» (1935), «My Man Godfrey» (1936), «Love Before Breakfast» (1936), «True Confession» (1937), «Nothing Sacred» (1937), «Mr and Mrs Smith» (1941),…
 Occasionnellement, elle se laisse encore tenter par des rôles dramatiques, par exemple dans «In Name Only» (1939) ou encore «Vigil in the Night» (1940).

En 1937, elle est la vedette la mieux payée des Etats-Unis. En 1939, elle épouse Clark Gable et forme avec lui un des plus beaux couples de Hollywood.

Après avoir tourné «To Be or Not to Be» (1942) d'Ernst Lubitsch, elle meurt en pleine gloire dans un accident d'avion.

Marlène Pilaete