X

Suzanne BIANCHETTI (1889 / 1936)

Suzanne Bianchetti

icone

Suzanne Bianchetti (née à Paris, France) débute à l'écran durant la première guerre mondiale dans un film de propagande.
 Elle y fait preuve de dons certains pour le cinéma et ne tarde pas à devenir une star.

Elle est par la suite la vedette de, entre autres, «Riquette et le nouveau riche» (1918), «Flipotte» (1920), «Le rêve» (1921), «Jocelyn» (1922), «Les mystères de Paris» (1922), «L'heureuse nuit» (1924), «Les aventures de Robert Macaire» (1925), «Embrassez-moi» (1928),…

Elle est également une interprète idéale de souveraines.
 Elle incarne en effet Marie-Antoinette dans «Napoléon» (1927) et «Cagliostro» (1929), tourné en Allemagne, Catherine de Russie dans «Casanova» (1927), l'impératrice Eugénie dans «Violettes impériales» (1923), dont elle tournera aussi un remake parlant en 1932 et l'impératrice Marie-Louise dans «Madame Sans-Gêne» (1924), fastueuse production de la Paramount destinée à mettre en valeur Gloria Swanson dans le rôle-titre.

Elle continue sa carrière après l'avènement du sonore et on peut la voir dans, notamment, «Princes de la cravache» (1930), «Le roi de Paris» (1930), «La folle nuit» (1932),…

Elle meurt prématurément en 1936 et, l'année suivante, on crée en son honneur un prix qui porte son nom et qui récompense chaque année une jeune actrice débutante s'étant particulièrement distinguée par son talent.
 Parmi celles à qui on l'a décerné, on peut citer par exemple Micheline Presle, Simone Signoret, Annie Girardot, Isabelle Adjani, Isabelle Huppert ou encore Audrey Tautou.

Marlène Pilaete