X

Lilian HARVEY (1906 / 1968)

icone

Lilian Harvey (née à Hornsey, Angleterre) suit sa famille en Allemagne, pays d'origine de son père, en 1914.

Elle débute à l'écran en 1924 et devient rapidement une star du cinéma muet allemand.
 On peut alors la voir dans, entre autres, «Liebe und Trompetenblasen» (1925), «Prinzessin Trulala» (1926), «Die keusche Suzanne» (1926), «Die tolle Lola» (1927), «Ihr dunkler Punkt» (1928), «Adieu Mascotte» (1929),…
 Sa renommée s'accroît encore à l'avènement du parlant.

En effet, elle devient la reine des films musicaux germaniques, que sa connaissance du français et de l'anglais lui permet en outre de tourner en deux ou trois versions, une pratique courante à l'époque.
 Sa renommée atteint des sommets et elle est alors la très populaire protagoniste de, notamment, «Liebeswalzer» (1930), «Die Drei von der Tankstelle» (1930), «Der Kongress tanzt» (1931), «Ein blonder Traum» (1932), «Ich und die Kaiserin» (1933),…

En 1933, sa réputation lui vaut d'être engagée à Hollywood, où elle tourne quatre productions qui ne lui permettent pas de s'imposer véritablement. Elle repart alors en Europe et poursuit sa carrière en Allemagne où elle est encore la vedette de «Schwarze Rosen» (1935), «Die Glückskinder» (1936), «Sieben Ohrfeigen» (1937), «Fanny Elssler» (1937), «Capriccio» (1938) et «Frau am Steuer» (1939).

Elle est aussi l'interprète de «Invitation to the Waltz» (1935) en Angleterre et de «Castelli in aria» (1938) en Italie.

Elle quitte l'Allemagne à la fin des années 30 et disparaît des écrans après deux films français, «Sérénade» (1940) et «Miquette» (1940).

Elle passe la période de guerre aux U.S.A. et revient ensuite en Europe. Elle finira par s'installer sur la Côte d'Azur, où elle s'éteindra en 1968.

Marlène Pilaete