X

Kristina SÖDERBAUM (1912 / 2001)

icone

Kristina Söderbaum (née à Djursholm, Suède) émigre en Allemagne dans les années 30.

Elle tient son premier rôle dans un long-métrage en 1936 (certaines sources mentionnent en effet sa participation à un court-métrage en 1934).

Elle rencontre ensuite le réalisateur Veit Harlan, qu'elle épousera en 1939 et grâce auquel elle ne tarde pas à occuper une place importante dans le cœur des spectateurs allemands. Le premier film qu'elle tourne pour lui, «Jugend» (1938), en fait une star.

Par la suite, les blondes héroïnes qu'elle incarne, toujours sous sa direction, lui valent une grande popularité.
 On peut alors la voir dans «Verwehte Spuren» (1938), «Das unsterbliche Herz» (1939), «Die Reise nach Tilsit» (1939), «Die goldene Stadt» (1942), «Immensee» (1943) et «Opfergang» (1944).
 Harlan en fait également l'interprète de productions plus ouvertement de propagande comme l'antisémite «Jud Süss» (1940), «Die grösse König» (1942) et «Kolberg» (1944).

Elle disparaît des écrans après la fin de la guerre et ne recommence à travailler qu'à partir de 1951.

Durant une dizaine d'années, elle est encore l'interprète de plusieurs films, la plupart mis en scène par son mari, mais sa carrière est désormais moins brillante.

Après la mort de Harlan en 1964, elle se consacre principalement à la photographie et elle se fait dès lors très rare au cinéma.
 On peut toutefois citer son rôle dans «Karl May» (1975) de Hans-Jürgen Syberberg.

Marlène Pilaete