X

Petula CLARK (1932)

icone

Irrésistiblement attirée par la chanson, Petula Clark (née à Ewell, Grande-Bretagne) connaît une grande popularité dès 1942 à la radio et sur scène.

Elle débute à l'écran en 1944.
 Sans jamais abandonner sa première passion, elle tourne régulièrement et le public anglais assiste, au fil du temps, à la transformation de l'enfant-star en femme.

Elle est l'interprète de, entre autres, «Medal for the General» (1944), «Strawberry Roan» (1945), «London Town» (1946), «Vice Versa» (1948), «Here Come the Huggetts» (1948), «Don't Ever Leave Me» (1949), «Dance Hall» (1950), «White Corridors» (1951), «The Card» (1952), «Made in Heaven» (1952), «The Runaway Bus» (1954), «The Happiness of Three Women» (1954), «Track the Man Down» (1955),…

Dès 1956, lassée de l'image lisse de jeune fille modèle qui est la sienne à l'écran, elle accorde sa préférence à la chanson et n'apparaît plus que dans quelques rares films durant une dizaine d'années.

Elle est à l'apogée de sa carrière dans les années 60.
 Elle est alors, notamment, très aimée du public français et est la première chanteuse britannique à obtenir un numéro 1 aux Etats-Unis grâce à son tube «Downtown».

A la fin de la décennie, son succès dans le domaine des variétés incite les producteurs de cinéma à lui faire deux offres intéressantes qu'elle accepte.
 C'est ainsi qu'elle tient les rôles féminins principaux du film américain «Finian's Rainbow» (1968), aux côtés de Fred Astaire, et de la co-production américano-anglaise «Goodbye Mr Chips» (1969), dans lequel elle a Peter 0'Toole comme partenaire.

Par après, elle se consacre presqu'exclusivement à la scène et au disque.

Marlène Pilaete