X

Bonita GRANVILLE (1923 / 1988)

icone

Sur scène depuis l'enfance, Bonita Granville (née à Chicago, Etats-Unis) débute à l'écran en 1932.

Sa performance dans le rôle d'une petite fille perverse dans «These Three» (1936) lui vaut une nomination à l'Oscar du meilleur second rôle et en fait une enfant-star.

Elle est par la suite l'interprète de, entre autres, «Maid of Salem» (1937), «The Beloved Brat» (1938), «Gallant Sons» (1940), «Those Were the Days» (1940), «Down in San Diego» (1941), «Syncopation» (1942), «Youth Runs Wild» (1944), «The Beautiful Cheat» (1945),…

Elle est également la vedette de «Hitler's Children» (1943), un des plus gros succès commerciaux de l'histoire de la compagnie R.K.O.
 Elle est en outre l'héroïne de «Nancy Drew Detective» (1938), «Nancy Drew Reporter» (1939), «Nancy Drew Trouble Shooter» (1939) et «Nancy Drew and the Hidden Staircase» (1939), les quatre épisodes d'une série qui conte les aventures d'une adolescente résolvant les mystères et traquant les malfaiteurs.

La jeune femme qu'elle est devenue termine les années 40 en travaillant pour des firmes de second plan et disparaît des écrans en 1951.

Ayant épousé en 1947 le riche homme d'affaires et producteur Jack Wrather, elle occupe bientôt un poste de direction dans la compagnie de son mari qui produit, entre autres, les feuilletons télévisés «Lassie» et «The Lone Ranger».

C'est d'ailleurs à l'occasion du film tiré de cette dernière série que Bonita Granville fait un ultime retour au cinéma en 1956.

Marlène Pilaete