X

Christine KAUFMANN (1945)

icone

Christine Kaufmann (née à Lengdorf, Autriche), débute à l'écran en 1952 et devient rapidement une enfant-star du cinéma allemand.

Durant une dizaine d'années, sa carrière de vedette se poursuit sans encombre.
 Elle passe en effet harmonieusement le cap de l'adolescence et devient une ravissante jeune fille.
 Elle est l'interprète de, entre autres, «Der schweigende Engel» (1954), «Rosen Resli» (1954), «Wenn die Alpenrosen blühn» (1955), «Ein Herz schlägt für Erika» (1956), «Der veruntreute Himmel» (1958), «Alle liebe Peter» (1959), «Via Mala» (1961), «Neunzig Minuten nach Mitternacht» (1962),…

Elle tourne également plusieurs films en Italie, parmi lesquels «Primo amore» (1958), «Gli ultimi giorni di Pompei» (1959) ou encore «Labbra rosse» (1960) et elle est, en France, la partenaire de Jean-Paul Belmondo dans «Un nommé La Rocca» (1961).

On la voit aussi dans «Un trono para Cristy/Ein Thron für Christine» (1960), une co-production hispano-allemande et dans «Town Without Pity/Stadt ohne Mitleid» (1961) et «Escape from East Berlin/Tunnel 28» (1962), deux co-productions américano-allemandes.

Sur le tournage du film américain «Tarass Bulba» (1962), elle fait la connaissance de Tony Curtis, qu'elle épouse en 1963. Aux Etats-Unis, elle est encore la partenaire de son mari dans «Wild and Wonderful» (1964) avant de se retirer quelque temps afin de mettre au monde deux enfants, en 1964 et 1966.

Après avoir divorcé de Tony Curtis en 1968, elle fait son retour au métier d'actrice en 1969.
 C'est principalement en Allemagne que se poursuit alors sa carrière, qui s'étend bientôt à la télévision.
 Au cinéma, on peut encore la voir dans, notamment, «Komm, süsser Tod» (1969), «Der Tod der Maria Malibran» (1972), «Zum Abschied Chrysantemen» (1974), «Auf Bieger oder Brechen» (1976), «Der Durchdreher» (1979), «Lili Marleen» (1981), «Die wilden Fünfziger» (1983), «Bagdad Cafe» (1987), «Es ist nicht leicht ein Gott zu sein» (1990), «Der sprechende Grab» (1994), «Caipiranha» (1998),…

Elle ajoute en outre une corde à son arc en lançant une ligne de produits cosmétiques.

Marlène Pilaete