X

BELITA (1923 / 2005)

Belita

icone

Initiée à la danse classique dès l'enfance, Belita (née à Nether Wallop, Grande-Bretagne) ajoute bientôt une corde à son arc en se lançant dans le patinage artistique. Elle fait partie de l'équipe britannique aux jeux Olympiques de 1936 et, en 1937, est une des vedettes d'un spectacle sur glace à Londres.

Elle part ensuite en 1938 aux États-Unis où elle continue à se produire comme patineuse dans des shows.

Elle débute à l'écran à Hollywood dans «Ice Capades» (1941), qui regroupe plusieurs autres patineurs de renom.

Elle est ensuite la vedette de cinq films.
 Les deux premiers, «Silver Skates» (1943) et «Lady, Let's Dance» (1944) sont des comédies musicales lui donnant l'occasion de démontrer sa virtuosité sur la glace.
 Les trois suivants sont des films noirs : «Suspense» (1946), dans lequel elle incarne une vedette de spectacles de patinage et qui lui permet ainsi de s'illustrer à nouveau dans ce domaine , «The Gangster» (1947) et «The Hunted» (1948).

Par la suite, on la voit encore tenir des seconds rôles dans la co-production américano-française «The Man on the Eiffel Tower» (1950) et dans «Never Let Me Go» (1953).
 Elle danse en outre dans «Invitation to the Dance» (1956), un film de Gene Kelly, et apparaît, sans être créditée au générique, dans «Silk Stockings» (1957), dont les stars sont Fred Astaire et Cyd Charisse.

Dans la première moitié des années 50, elle est l'interprète de spectacles sur glace en Angleterre, avant d'abandonner cet univers en 1956.

On la voit ensuite sur scène dans deux comédies musicales et elle se retire en 1959.

Par après, elle est la propriétaire, à Londres, avec son second mari, d'une jardinerie.

Devenue veuve en 2000, elle part s'installer dans le Sud de la France.

Marlène Pilaete