X

Jacqueline PIERREUX (1923 / 2005)

Jacqueline Pierreux

icone

Jacqueline Pierreux (née à Rouen, France) débute à l'écran comme figurante en 1942.
 Ses rôles croissent en importance dans la seconde moitié des années 40 et, dès le début des années 50, elle devient une vedette.

Elle se partagera désormais principalement entre trois pays : la France (" «Au pays du soleil» (1951), «Une enfant dans la tourmente» (1951), «Nous sommes tous des assassins» (1952), «Cet homme est dangereux» (1953), «Minuit, Champs-Elysées» (1953), «Après vous duchesse» (1954), «Bonjour toubib» (1956), «Amour, autocar et boîte de nuit» (1960),…), l'Italie («Donne e briganti» (1950), «Abbiamo vinto!» (1951), «Il seduttore» (1954), «Chi si ferma è perduto» (1960), «Toto, Peppino e la dolce vita» (1961), «I tre volti della paura» (1963),…) et l'Espagne («El canto del gallo» (1955), «Tarde de toros» (1956), «Cumbres luminosas» (1957), «Despedido de soltero» (1959),…).
 Elle épice en outre de son sex-appeal le film anglais «Top of the Form» (1953).

Après 1963, elle ne tourne presque plus.
 Son fils, Jean-Pierre Léaud, se fera notamment connaître grâce au personnage d'Antoine Doinel qu'il interprètera dans les films de François Truffaut.

Marlène Pilaete