X

Renée SAINT-CYR (1904 / 2004)

Renée Saint-Cyr

icone

Renée Saint-Cyr (née à Beausoleil, France) débute à l'écran dans «Les deux orphelines» (1932) et devient aussitôt une star du cinéma français.

Durant une vingtaine d'années, elle tourne régulièrement et elle est l'interprète de, notamment, «D'amour et d'eau fraîche» (1933), «Arlette et ses papas» (1934), «Valse royale» (1935), «Paris» (1936), «Prisons de femmes» (1937), «Nuit de décembre» (1939), «La Symphonie fantastique» (1941), «Marie-Martine» (1942), «Pierre et Jean» (1943), «Paméla» (1944), «Etrange destin» (1945), «Le beau voyage» (1946), «La voix du rêve» (1948), «Fusillé à l'aube» (1950), «Capitaine Ardant» (1951), «Le chevalier de la nuit» (1953), «Si Paris nous était conté» (1955),…

Elle travaille également en Angleterre pour «Strange Boarders» (1938), en Italie pour «Rose scarlatte» (1940) et «Il cavaliere di Maison Rouge» (1953) et en Autriche pour «An der schönen blauen Donau» (1955).

A partir de 1955, elle ne fait plus que de sporadiques apparitions au cinéma, notamment dans plusieurs films réalisés par son fils, Georges Lautner, parmi lesquels «Le Monocle rit jaune» (1964), «Quelques messieurs trop tranquilles» (1972), «On aura tout vu» (1976), «Est-ce bien raisonnable ?» (1980), «L'invité surprise» (1988) ou encore «Room service» (1991).
 On peut encore citer à son actif des domaines comme le théâtre, la télévision ou la littérature.

Marlène Pilaete