X

Maureen O’SULLIVAN (1911 / 1998)

Maureen O’Sullivan

icone

Maureen O'Sullivan (née à Boyle, Irlande) est remarquée à Dublin en 1930 par le réalisateur américain Frank Borzage.
 La même année, elle arrive à Hollywood, sous contrat avec la Fox.
Elle est alors l'interprète de, entre autres, «Just Imagine» (1930), «Princess and the Plumber» (1930) ou encore «Skyline» (1931).

En 1932, elle devient une vedette de la M.G.M.
 Son rôle le plus célèbre sera celui de Jane dans six films de la série des «Tarzan», aux côtés de Johnny Weissmuller : «Tarzan the Ape Man» (1932), «Tarzan and His Mate» (1934), «Tarzan Escapes» (1936), «Tarzan Finds a Son» (1939), «Tarzan's Secret Treasure» (1941) et «Tarzan's New York Adventure» (1942).

Mais elle tourne aussi bon nombre d'autres productions, parmi lesquelles «Stage Mother» (1933), «Hide-Out» (1934), «David Copperfield» (1935), «Woman Wanted» (1935), «The Devil-Doll» (1936), «My Dear Miss Aldrich» (1937), «Hold That Kiss» (1938), «The Crowd Roars» (1938), «Sporting Blood» (1940),…

Elle est également la vedette de «A Yank at Oxford» (1938), réalisé dans les studios anglais de la M.G.M. et est une des têtes d'affiche de «Port of Seven Seas» (1938), adaptation américaine de la trilogie de Pagnol, dans laquelle elle reprend le rôle d'Orane Demazis.

En 1942, elle se retire pour se consacrer durant quelque temps à la vie de famille.
 Elle donnera notamment naissance en 1945 à Mia Farrow, un de ses sept enfants.

De 1948 à 1958, on la revoit dans dix films, notamment «The Big Clock» (1948), «When Danger Lives» (1950), «Bonzo Goes to College» (1952), «The Steel Cage» (1954), «The Tall T» (1957),…
Elle ajoute en outre une nouvelle corde à son arc grâce à la télévision.

A partir de 1959, ses apparitions sur grand et petit écrans sont moins fréquentes.
 On peut malgré tout encore extraire de sa filmographie «Never Too Late» (1965), «Hannah and Her Sisters» (1986) ou encore «Peggy Sue Got Married» (1986).

Marlène Pilaete