X

Anne HEYWOOD (1930 ? 1931 ? 1932 ?)

Anne Heywood

icone

Après avoir été élue «Miss Grande-Bretagne» en 1950, Anne Heywood (née à Handsworth Birmingham, Angleterre) fait une apparition dans un film de 1951 sous son véritable nom, Violet Pretty.
 Elle se dirige ensuite vers la scène et ne revient au cinéma qu'en 1956, désormais sous son nouveau nom.

Elle devient rapidement une vedette et, durant sa carrière, tourne principalement en Grande-Bretagne, aux U.S.A. et en Italie.
 Elle est l'interprète de, notamment, «The Depraved» (1957), «Violent Playground» (1958), «The Heart of a Man» (1959), «Cartagine in fiamme» (1959), «A Terrible Beauty» (1960), «Petticoat Pirates» (1961), «The Very Edge» (1963), «La monaca di Monza» (1969), «Midas Run» (1969), «Le monache di Sant'Arcangelo» (1972), «L'assassino è al telephono» (1972), «Trader Horn» (1973), «La prima volta sull'erba» (1975),…

Sans souci du qu'en dira-t-on, elle n'hésite pas à interpréter des rôles plutôt inhabituels pour l'époque, comme celui d'une lesbienne dans «The Fox» (1967) ou d'une transsexuelle dans «I Want What I Want» (1971).

Dans sa filmographie, on peut encore relever la co-production anglo-allemande «Vengeance / Ein töter sucht seine mörder» (1962) et la co-production tchéco-britannique «Ninety Degrees in the Shade» (1965).

Dès la seconde moitié des années 70, elle ne tourne plus que quelques films.

Marlène Pilaete