X

Gale SONDERGAARD (1899 / 1985)

Gale Sondergaard

icone

Gale Sondergaard (née à Litchfield, Etats-Unis) débute à l'écran dans «Anthony Adverse» (1936), qui lui permet de remporter le premier Oscar attribué à une actrice pour un second rôle.
 C'est principalement dans cette catégorie que se déroule la suite de sa carrière, bien que, parfois, on lui offre une place en tête de générique.

Elle incarne assez souvent des femmes mystérieuses, rusées, voire même malfaisantes.
 Parmi ses films, on peut citer, entre autres, «The Life of Emile Zola» (1937), «Dramatic School» (1938), «The Llano Kid» (1939), «The Cat and the Canary» (1939), «Never Say Die» (1939), «The Letter» (1940), «The Blue Bird» (1940), «The Black Cat» (1941), «Enemy Agents Meet Ellery Queen» (1942), «Isle of Forgotten Sins» (1943), «The Strange Death of Adolf Hitler» (1943), «The Climax» (1944), «Sherlock Holmes and the Spider Woman» (1944), «The Spider Woman Strikes Back» (1946), «Anna and the King of Siam» (1946), «Road to Rio» (1947),…

Elle disparaît des écrans après «East Side West Side» (1949).
 Elle est en effet alors placée sur une liste noire, son mari, Herbert Biberman, faisant partie des «Dix de Hollywood» accusés d'activités anti-américaines.
 Par la suite, elle ne revient plus au cinéma qu'à quatre reprises, de 1969 à 1983.

Marlène Pilaete