X

VERA-ELLEN (1920 ? 1921 ? / 1981)

 

Vera-Ellen

icone

Après avoir fait ses preuves sur scène à Broadway, Vera-Ellen (née à Norwood, États-Unis) débute à l'écran en 1945.
 Excellente danseuse, c'est principalement dans le domaine de la comédie musicale qu'elle s'illustrera à Hollywood.

Le public des salles obscures fait sa connaissance comme partenaire de Danny Kaye dans «Wonder Man» (1945) et «The Kid from Brooklyn» (1946).
 Elle continue son ascension en étant, avec June Haver et Vivian Blaine, une des protagonistes de «Three Little Girls in Blue» (1946) et en se laissant séduire par Dick Haymes dans «Carnival in Costa Rica» (1947).

Sa renommée s'accroît ensuite grâce au numéro «Slaughter on Tenth Avenue» qu'elle exécute avec Gene Kelly dans «Words and Music» (1948).
 Après avoir, à la United Artists, partagé l'affiche avec les Marx Brothers dans «Love Happy» (1948), elle signe un contrat avec la M.G.M., dont elle devient ainsi une des stars et pour qui elle est alors l'interprète de «On the Town» (1949), «Three Little Words» (1950), «The Belle of New York» (1952) et «Big Leaguer» (1953), dans lequel elle tient le seul rôle non-musical de sa carrière.

La firme ne se réserve pas l'exclusivité des dons de sa vedette et la prête à la Fox pour «Call Me Madam» (1953) et à la Paramount pour «White Christmas» (1954).
 L'actrice tourne en outre en Grande-Bretagne «Happy Go Lovely» (1951) et «Let's Be Happy» (1957), qui clôt sa filmographie.
 La grande époque des comédies musicales touche à sa fin et Vera-Ellen , qui a épousé le millionnaire Victor Rothschild en 1954, décide de se retirer.

On ignorait à l'époque que derrière son image fraîche et souriante, se cachait une insidieuse maladie : l'anorexie.
 Lors du tournage de «White Christmas», on lui avait notamment confectionné une garde-robe spéciale qui camouflait son cou, pour ne pas montrer le vieillissement précoce de cette partie du corps, causé par les problèmes alimentaires dont elle souffrait.

Après son départ du cinéma, elle aura la douleur de perdre son unique enfant en 1963 et divorcera trois ans plus tard.
 Elle meurt du cancer en 1981.

Marlène Pilaete