X

Milly MATHIS (1901 /1965)

Milly Mathis

icone

Milly Mathis (née à Marseille, France) aurait fait une apparition, selon certaines sources, dans un film muet dès 1927, mais sa véritable carrière à l'écran débute en 1930.
 Actrice très populaire du cinéma français, elle tourne alors une centaine de films jusqu'à la fin des années 50.

On lui confie souvent des seconds rôles, qu'elle tient avec un talent régulier, mais, de temps à autre, elle se retrouve aussi dans les premières places du générique, avec tout autant d'abattage.

De son abondante filmographie, on peut citer, entre autres, «Le roi du camembert» (1931), «Ah !Quelle gare !» (1932), «Prenez garde à la peinture» (1932), «Du haut en bas» (1933), «Justin de Marseille» (1934), «Tartarin de Tarascon» (1934), «Lune de miel» (1935), «Gaspard de Bresse» (1935), «Avec le sourire» (1936), «Carnet de bal» (1937), «Les gangsters de l'exposition» (1937), «Un soir à Marseille» (1937), «Légions d'honneur» (1938), «Pièges» (1939), «Une main a frappé» (1939), «Chambre 13» (1940), «Trois Argentins à Montmartre» (1940), «Mélodie pour toi» (1941), «Simplet» (1942), «Bifur 3» (1944), «Le charcutier de Machonville» (1946), «Toute la famille était là» (1948), «Le trésor de Cantenac» (1949), «Bibi Fricotin» (1950), «Ce coquin d'Anatole» (1951), «Des quintuplés au pensionnat» (1952), «Trois jours de bringue à Paris» (1953), «Nous autres à Champignol» (1956), «Le désert de Pigalle» (1957),…

Cette ronde et joviale méridionale se devait en outre de faire partie de l'univers de Marcel Pagnol.
 Elle incarne ainsi la tante Claudine dans les deux derniers volets de la trilogie, «Fanny» (1932) et «César» (1936). On peut la voir également dans «Regain» (1937), «La fille du puisatier» (1940), «Topaze» (1950) et «Manon des Sources» (1952).

Le Septième Art n'aura pas été la seule activité artistique de Milly Mathis, qui goûta aussi à la chanson, à l'opérette, aux revues et au théâtre.

Marlène Pilaete