X

Agnes AYRES (1896 ? 1898 ? / 1940)

Agnes Ayres

icone

Agnes Ayres (née à Carbondale, États-Unis) débute à l'écran en 1915.

De 1917 à 1919, elle se fait connaître en tournant une série de films inspirés des œuvres du populaire écrivain américain O.Henry. Elle est ainsi l'interprète de, entre autres, «The Venturers» (1917), «The Furnished Room» (1917), «One Thousand Dollars» (1918), «The Girl and the Graft» (1918), «Springtime à la Carte» (1918), «Shocks of Doom» (1919), «The Buried Treasure» (1919),…

En 1920, elle devient une des vedettes de la Paramount et, parmi les films qu'elle y tourne, on peut citer, notamment, «Held by the Enemy» (1920), «The Sheik» (1921), dans lequel elle fait l'objet des ardentes attentions de Rudolph Valentino, «Forbidden Fruit» (1921), «Bought and Paid For» (1922), «A Daughter of Luxury» (1922), «The Heart Raider» (1923), «The Marriage Maker» (1923), «The Story Without a Name» (1924), «Bluff» (1924),…

«Tomorrow's Love» (1925) marque la fin de son association avec cette compagnie et sa carrière décline ensuite rapidement. La dernière production de prestige dans laquelle elle apparaît est alors sans doute «The Son of the Sheik» (1926), la suite de son grand succès de 1921, «The Sheik». Elle y incarne à nouveau le même personnage, Lady Diana, mais c'est Vilma Banky qui, dans le rôle de la danseuse Yasmin, en est la figure féminine centrale.

Agnes Ayres disparaît des écrans en 1930. Elle fait un bref retour au cinéma dans quelques petits rôles en 1936 et 1937. Elle meurt en 1940 d'une hémorragie cérébrale.

Marlène Pilaete