X

Louise DRESSER (1878 / 1965)

Louise Dresser

icone

Après avoir démontré son talent depuis de longues années sur scène, Louise Dresser (née à Evansville, États-Unis) débute à l'écran en 1922. Alors que, sur les planches, elle était principalement appréciée dans des revues et des comédies musicales, le cinéma l'emploiera plutôt comme actrice dramatique.

Elle obtient son premier rôle principal dans «The City That Never Sleeps» (1924). La partie la plus brillante de sa carrière de vedette hollywoodienne se déroule durant la seconde moitié des années 20. On peut alors la voir dans, entre autres, «The Eagle» (1925), «The Goose Woman» (1925), «Padlocked» (1926), «Gigolo» (1926), «Mr.Wu» (1927), «White Flannels» (1927), «Mother Knows Best» (1928), «A Ship Comes In» (1928), qui, lors de la toute première cérémonie des Oscars, lui vaut une nomination dans la catégorie de la meilleure interprétation,…

Elle poursuit son parcours dans les années 30, tout en étant un peu moins au premier plan. Elle est alors, notamment, la partenaire du populaire Will Rogers dans «Lightnin'» (1930), «State Fair» (1933), «Doctor Bull» (1933), «David Harum» (1934) et «The Country Chairman» (1935).

Elle incarne en outre la mère d'Al Jolson dans «Mammy» (1930), Calamity Jane dans «Caught» (1931) ou encore l'impératrice Elisabeth dans «The Scarlett Empress» (1934), de Josef von Sternberg, aux côtés de Marlene Dietrich.

Sa filmographie s'achève avec «Maid of Salem» (1937).

Marlène Pilaete