X

Gloria SWANSON (1897 ? 1899 ? / 1983)

Gloria Swanson

icone

Gloria Swanson (née à Chicago, États-Unis) débute adolescente à l'écran comme figurante.
 On la retrouve par après chez Mack Sennett qui en fait la partenaire de Bobby Vernon dans plusieurs comédies.

En 1918, elle est sous contrat avec la compagnie Triangle qui lui offre le rôle principal de plusieurs films, parmi lesquels «You Can't Believe Everything», «Society for Sale» ou encore «Her Decision».

Elle passe ensuite à la Paramount où Cecil B. De Mille la dirige dans «Don't Change Your Husband» (1919), qui en fait une star.
 Leur association fait sensation et elle retrouve le même réalisateur pour «For Better For Worse» (1919), «Male and Female» (1919), «Why Change Your Wife ?» (1920), «Something to Think About» (1920) et «The Affairs of Anatol» (1921).

Durant les années 20, elle est une des plus grandes vedettes mondiales.
 Elle est l'interprète de, entre autres, «The Great Moment» (1921), «Beyond the Rocks» (1922), «Bluebeard's Eight Wife» (1923), «Zaza» (1923), «A Society Scandal» (1924), «Manhandled» (1924), «Stage Struck» (1925), «Madame Sans-Gêne» (1925), «Untamed Lady» (1926), «Sadie Thompson» (1928),…

Sa période muette se termine sur une fausse note.
 En effet, ayant décidé en 1928 de se faire diriger par Erich von Stroheim dans «Queen Kelly», elle fait renvoyer celui-ci au début de 1929, avant la fin du tournage.
 Elle tentera cependant d'exploiter les scènes déjà enregistrées sur pellicule.
 Le suicide de l'héroïne, non prévu par le réalisateur original, sera filmé afin d'apporter une fin à cette œuvre inachevée.
 Mais cette version tronquée et désavouée par von Stroheim ne sortira qu'en dehors des États-Unis, sans succès.

Elle se lance dans le parlant avec «The Trespasser» (1929) qui est très bien accueilli.
 Sa carrière ne tarde cependant pas à décliner.
 Ses films suivants «What a widow !» (1930), «Indiscreet» (1931), «Tonight or Never» (1931) et «Perfect Understanding» (1933), tourné en Angleterre, prouvent une certaine désaffection de la part du public.
 Après «Music in the Air» (1934), qui n'inverse pas la tendance, elle disparaît des écrans.

On la revoit en 1941 dans une comédie, «Father Takes a Wife».
 Après une nouvelle absence de plusieurs années, elle effectue un des plus grands come-backs de l'histoire du cinéma dans «Sunset Boulevard» (1950), qui lui offre un de ses rôles les plus mémorables.
 Par la suite, elle n'est plus l'interprète que de trois films : «Three for Bedroom C» (1952), «Mio figlio Nerone» (1956), réalisé en Italie et «Airport 1975» (1974).

Marlène Pilaete