X

Gisèle PREVILLE (1918 / 2006)

Gisèle Préville

icone

Arrivée deuxième au concours Miss France 1935, Gisèle Préville (née à Paris, France) se voit néanmoins accorder la victoire, suite au désistement de la gagnante quelques heures après la proclamation des résultats.
 C’est sans doute ce titre de reine de beauté qui lui ouvre les portes des studios de cinéma et qui lui permet de débuter à l’écran en 1936.

Elle tourne régulièrement jusqu’au début des années 50 et est l’interprète de, notamment, «Trois artilleurs en vadrouille» (1938), «L’entraîneuse» (1938), «Paris New York» (1940), «Mélodie pour toi» (1941), «Vautrin» (1943), «Trente et quarante» (1945), «Miroir» (1946), «Brigade criminelle» (1947), «Le dindon» (1951),…

Elle participe également à deux productions anglaises, «Against the Wind» (1948) et «The Dancing Years» (1950), dans lequel elle tient sans doute le meilleur rôle de sa carrière de vedette.
 Dans ce film, tiré d’une célèbre opérette d’Ivor Novello, elle incarne une chanteuse d’opéra vivant un amour malheureux avec un compositeur.

A partir de 1952, elle travaille beaucoup moins.

On peut néanmoins encore citer sa participation à une réalisation de Jean-Pierre Mocky, «Le témoin» (1978).

Marlène Pilaete